Des rues aux noms d’antisémites bientôt rebaptisées à Garches : "On ne revisite pas l’histoire"

Publié le Mis à jour le
Écrit par P. de Baudouin / V. Ponsy / E. Tixier

La Ville a lancé une consultation citoyenne pour renommer des lieux qui portent le nom de deux militants antisémites : Charles Devos, ancien maire de la commune, et le marquis de Morès. Les habitants sont invités à voter parmi une liste de huit femmes célèbres.

Quels nouveaux noms vont prendre la place Charles Devos ainsi que l’allée et l’avenue marquis de Morès ? A Garches, dans les Hauts-de-Seine, la mairie a décidé de rebaptiser trois lieux qui font aujourd’hui encore référence à des militants ouvertement racistes. Une consultation en ligne a ainsi été lancée, suite à un conseil municipal organisé en février 2020.

Charles Devos (1864-1931), qui a été élu maire de Garches de 1925 à 1931, a notamment été l’administrateur du journal La Libre Parole du polémiste antisémite Édouard Drumont. Il a également dirigé la Librairie antisémite à Paris, et a été le trésorier du Comité national antijuif. Le marquis de Morès (1815-1896) a, lui, fondé la Ligue antisémite de France, avec Édouard Drumont.

"A la suite d’un documentaire, nous avons eu énormément de remontées de Garchois qui ont été tout à fait choqués d’apprendre le parcours et le lourd passé du marquis de Morès, raconte la maire LR Jeanne Bécart. C’est un sujet qui avait déjà été évoqué par le passé et qui n’avait pas donné lieu à des suites, en raison notamment des complications administratives que le changement de noms de rues comporte pour les riverains."

"L’antisémitisme emporte tout"

"Comme nous avions décidé de mettre en œuvre un outil de votation sur notre site internet, c’était l'occasion de lancer la première consultation des Garchois, sur le changement de dénomination de ces rues", poursuit l’édile.

Rebaptiser le nom d’une rue, un sujet sensible dans la commune ? Jeanne Bécart affirme au contraire n’avoir "aucun retour" de la part d’habitants "émus" du changement de dénomination. "Pour moi, on ne revisite pas l’histoire en faisant ça. Ce n’est pas le même sujet que ce qui a pu agiter notre pays, quand on nous a demandé de déboulonner les statues de Colbert. Colbert, on ne peut pas le résumer au colonialisme de l’époque. Pour moi, l’antisémitisme emporte tout. Rien ne peut résister à un tel passé", juge la maire.

"Charles Devos a bien été élu à Garches, mais son lourd passé a eu tendance à effacer son bref passage comme maire. Il ne doit plus y avoir beaucoup de Garchois qui se souviennent de lui, ça fait un siècle", ajoute par ailleurs Jeanne Bécart.

Une liste de huit femmes comme alternatives

Dans le cadre de la consultation, les administrés ont le choix entre huit noms de femmes illustres : Marie Curie, Simone Veil, Camille Claudel, Marie Laurencin, George Sand, Colette, Blanche de Castille et Lucie Aubrac. Les habitants peuvent voter pour un à trois patronymes maximum.

"Nous avons pris soin d’informer les riverains de ces rues il y a déjà deux mois, en leur donnant toutes les indications qui vont leur permettre de faire face au changement de leur adresse. Nous serons là pour les accompagner, et nous avons déjà pris contact avec La Poste pour que tout se passe au mieux pour ces riverains", assure d’ailleurs Jeanne Bécart. 

Aucune rue ne porte le nom d’une femme à ce jour à Garches. Les habitants ont jusqu’au 30 mai pour s’exprimer.