Éboulement : reprise progressive de la circulation des lignes L et U le lundi 2 mars

Un éboulement de terre le 4 février a entraîné l'interruption partielle de la circulation des lignes L et U du Transilien. Après d'importants travaux, ils circuleront à nouveau le lundi 2 mars avec un retour à la normale courant avril.
Les travaux se poursuivent quand même, plus lentement, pour déblayer les voies près de Sèvres (Hauts-de-Seine) à la suite de l'éboulement d'un talus début février.
Les travaux se poursuivent quand même, plus lentement, pour déblayer les voies près de Sèvres (Hauts-de-Seine) à la suite de l'éboulement d'un talus début février. © Antoine Marguet - France 3 Paris Ile-de-France
La galère pour les usagers des lignes L et U du Transilien n'est pas prête de se terminer. Selon un calendrier diffusé par la SNCF, la reprise de la circulation des trains sur les portions concernées a été fixée au lundi 2 mars avec deux trains par heure aux heures de pointe (6h30/9h et 17h30/20h).
Ensuite, à partir du 16 mars, la circulation se fera toute la journée mais sera ralentie car effectuée sur une voie. Ce n'est que "courant avril" que les travaux devraient être terminés et la circulation totalement rétablie.  

4.000 m³ de terre

La ligne L est actuellement totalement interrompue entre Saint-Cloud et Versailles Rive Droite. La ligne U est, elle, totalement interrompue entre La Défense et Versailles-Chantiers. Cela fait suite à un "glissement de l’ordre de 4 000 m³ de terre" à la gare Sèvres-Ville d’Avray (Hauts-de-Seine) mardi 4 février, précise la SNCF. "À ce jour le glissement du talus semble presque stabilisé et celui-ci fait l’objet d’une surveillance continue et permanente", annonce l'entreprise ferroviaire dans un communiqué.

Elle explique par ailleurs que "le chantier, de grande ampleur, consiste à conforter la paroi du talus, puis effectuer le déblaiement pour dégager les infrastructures et enfin reconstruire celles qui ont été endommagées lors de l’évènement."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux ferroviaires économie transports sncf