Hauts-de-Seine – Avec la construction du tram T10, le difficile équilibre entre environnement et travaux publics

Le futur tram T10 traverse un petit bois à Chatenay-Malabry (Hauts-de-Seine). Il sera reboisé à quelques dizaines de mètres. / © France 3 Paris - Île-de-France
Le futur tram T10 traverse un petit bois à Chatenay-Malabry (Hauts-de-Seine). Il sera reboisé à quelques dizaines de mètres. / © France 3 Paris - Île-de-France

Les travaux de construction de la ligne de tram T10 (Anthony-Clamart). A Chatenay-Malabry (Hauts-de-Seine), la ligne traverse un petit bois qui va être en partie détruit. Il sera recréé à côté pour préserver l'environnement. C'est la compensation environnementale.

Par Marc Taubert

Une crotte de hérisson, cela est signe d'un environnement naturel préservé. Dans ce petit bois, il existe toute une vie sauvage avec ses insectes, ses fleurs et ses oiseaux. Mais il se trouve à seulement quelques dizaines de mètres d'une zone de travaux. Cette avenue va accueillir la future ligne de tram T10.

Une partie de ce bois va donc être rasée pour y installer l'atelier de maintenance de la ligne. Dès le départ, les ingénieurs ont prévu de recréer une zone d'habitat naturel. C'est ce que l'on appelle la compensation environnementale.

"La zone sur laquelle on impacte est juste de l'autre côté de la rue et on intervient à quelques centaines de mètres pour que ce soit le même milieu qui soit développé", affirme Alexandre Bernusset, directeur infrastructure de Île-de-France Mobilités.
 

Un coût important

La compensation environnementale est obligatoire pour les nouvelles lignes. Son coût pour le tram T10 est de 3 millions d'euros.

Dans ce bois, le futur atelier occupera 3,5 hectares, le reste deviendra un espace naturel. Auparavant destinés à l'exploitation forestière, ces troncs pourrissent aujourd'hui sur place et ils regorgent d'insectes. Résultat, lorsque l'atelier de maintenance sortira de terre, la faune sera préservée.

"Le jour où l'on va couper les arbres, les oiseaux et les chauves-souris pourront venir coloniser ce site et ils trouveront un habitat qui leur sera favorable", explique Matthieu Rivet, chef agence centrale CDC Biodiversité.

Autour de la nouvelle mare, les insectes ont déjà élu domicile. La ligne de tram T10 entrera en service en 2023.
 

Sur le même sujet

Saint-Denis : des enseignants exercent leur droit de retrait après l'agression d'un lycéen

Les + Lus