Policiers percutés à Colombes : le suspect mis en examen et écroué annonce le parquet national antiterroriste

Le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire. Il est accusé d'avoir percuté deux motards de la police nationale à Colombes (Hauts-de-Seine) lundi dernier. Une "lettre d'allégeance" au groupe EI a été retrouvé dans sa voiture.

L'auteur présumé de 29 ans, Youssef T., a été mis en examen pour tentative d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroristes ce vendredi 1er mai par un juge d'instruction et placé en détention provisoir. Le parquet national antiterroriste s'était saisie de l'enquête moins de 24 heures après les faits.

Communiqué de presse du parquet national antiterroriste

Dans sa voiture les forces de l'ordre ont trouvé un couteau ainsi qu’une "lettre d’allégeance à l’état islamique, dans lequel l’auteur du texte explique notamment se lancer 'à corps perdu dans la bataille pour imposer la charia sur l’ensemble de la terre'".

Selon des sources proches de l'enquête citées par l'AFP, ce Français de 29 ans assume "totalement son acte" qu'il aurait commis seul.
 

Deux policiers gravement blessés

Lundi dernier vers 17h35 à Colombes (Hauts-de-Seine) deux motards de la police nationale ont été violemment heurtés par un homme au volant d'une BMW noire. Les deux policiers nationaux ont été gravement blessés. Ils ont été pris aussitôt en charge par le SAMU. L'un, transféré à l'hôpital Percy (Clamart), a les deux péronés cassés.

Le second, souffrant de multiples fractures et d'un traumatisme crânien, est dépêché en urgence absolue à l'hôpital Beaujon (Clichy). Opéré, lundi soir, son pronostic vital n'est plus engagé. Sa moto s'était retrouvée coincée entre la voiture de son assaillant et celles de ces collègues de la police nationale. Le fonctionnaire a les deux jambes et un poignet cassés, l'os frontal a également été fracturé.  Les photos, diffusées sur les réseaux sociaux, témoignent de la violence de l'impact. D'après une source policière proche de l'enquête, l'homme avait agi après avoir "visionné une vidéo sur la Palestine". Maîtrisé, quelques instants après les faits, il aurait avoué aux policiers sur place qu'il voulait "mourir en martyr". Youssef T., né à Lunéville (Meurthe-et-Moselle) résidait à Colombes. "Il était connu des services de police pour des faits d'outrage, en 2014. Il ne ferait pas l'objet d'une fiche S", rapporte une source proche de l'enquête. 

Les investigations ont été confiées par le PNAT à la Direction régionale de la police judiciaire de Paris ainsi qu’à la Direction générale de la sécurité intérieure. La brigade criminelle de la DRPJ de Paris a été désignée en tant que service coordonnateur des investigations.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité accident faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter