Tensions à Villeneuve-La-Garenne au lendemain d'un accident de moto impliquant la police

Des tensions avec les forces de l'ordre ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi à Villeneuve-La-Garenne (Hauts-de-Seine). La veille, un conducteur de moto avait été grièvement blessé à la jambe dans un accident impliquant la police.
Des policiers à Villeneuve-la-Garenne dans la nuit de dimanche à lundi, le lendemain de l’accident.
Des policiers à Villeneuve-la-Garenne dans la nuit de dimanche à lundi, le lendemain de l’accident. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Nouvelles tensions à Villeneuve-La-Garenne, en plein confinement : alors qu’un important dispositif policier avait été déployé dans cette ville des Hauts-de-Seine, des échauffourées avec les forces de l’ordre sont survenues la nuit dernière, vers minuit. Plusieurs départs de feux ainsi que des tirs de feux d'artifices ont été observés, avant que la situation ne revienne au calme rapidement. Sur place, la police a fait usage de gaz lacrymogènes. Au cours des faits, Taha Bouhafs, journaliste pour le média en ligne Là-bas si j'y suis et par ailleurs militant antiraciste, a été interpellé et menotté pendant une vingtaine de minutes, d’après le reporter de Brut Remy Buisine, avant d’être libéré. Samedi soir, des tensions étaient déjà survenues entre les forces de l’ordre et des habitants, après un accident de la route impliquant les forces de l'ordre. Les faits remontent aux alentours de 22 heures : un conducteur de moto d’une trentaine d’années avait été grièvement blessé à la jambe, après avoir percuté la portière ouverte d'une voiture de police banalisée.

Une "plaie hémorragique à la jambe et une fracture ouverte du fémur"

Si les circonstances restent encore troubles, la préfecture de police de Paris explique, de son côté, que les faits se sont produits "à l’angle de l’avenue de Verdun et de la rue Manet". "Les policiers des Hauts-de-Seine, se trouvant au feu rouge, ont remarqué, après l’avoir croisé une première fois en sens opposé, l’arrivée, par l’arrière, d’un motocycliste non casqué, circulant à vive allure, sur une moto cross non homologuée", raconte la PP dans un communiqué diffusé dimanche après-midi.
Les lieux de l’accident le lendemain, dimanche.
Les lieux de l’accident le lendemain, dimanche. © C. Mirabaud / France 3 PIDF
"Voulant accéder à son contrôle, l’équipage a ouvert la portière avant-droite, poursuit la PP. Le motard, manquant de renverser le chef de bord, a heurté ladite portière du véhicule de police pour finir sa course dans un poteau." Le communiqué précise enfin que le conducteur blessé présentait une "plaie hémorragique à la jambe et une fracture ouverte du fémur". "Nos collègues ont immédiatement porté les premiers soins en prodiguant un garrot et en appelant les secours, explique par ailleurs à France 3 Paris Île-de-France Emmanuel Quemener, secrétaire régional 92 pour le syndicat Alliance. L’homme a été transporté à l’hôpital puis a été opéré, ses jours ne sont pas en danger." D’après le policier, "l’individu n’était poursuivi par personne. Il n’a pas été percuté par les fonctionnaires de police, car nos collègues étaient stationnés à un feu rouge au moment où ils ont décidé de mettre pied à terre."

D’après la PP, une cinquantaine d’individus s’était ensuite regroupée, avec des "divers jets de projectiles". Mais les tensions "se sont vite dégonflées" selon Emmanuel Quemener.

"C’était horrible à voir"

Des habitants affirment, eux, que les policiers ont délibérément ouvert la portière afin de stopper le motard. Des images publiées sur Snapchat puis postées sur Twitter montrent le conducteur à terre en train d’hurler suite à l'accident, un témoin affirmant qu’il s’agit d’un acte volontaire de la part des forces de l’ordre (NdlR. La jambe du motard gravement blessé n’a pas été sectionnée, comme certains témoins l’indiquent). Un témoin rencontré par France 3 Paris Île-de-France affirme également que la porte a été ouverte délibérément : "Le flic met un gros coup de portière, donc il tombe… Et la jambe, je ne vais pas vous faire un dessin, mais c’était horrible à voir. Ce n’est pas normal d’ouvrir la porte volontairement pour le faire tomber. Il serait tombé sur la tête, on aurait fait quoi ?".

Le conducteur de la moto entend porter plainte ce lundi, d’après son avocat. "J’observe qu’on n’a rien retrouvé sur lui, qu’il n’y avait pas de stupéfiant sur lui, défend Me Stéphane Gas, dont le client est déjà connu des services de la justice. Il n’y avait aucune raison qui viendrait objectiver le fait qu’il veuille échapper à un contrôle de police. C’est ça qui m’interroge aujourd’hui. Indépendamment du pedigree qu’il ait ou non…"

Afin de tenter d’éclaircir les faits, plusieurs enquêtes ont été ouvertes d’après le parquet de Nanterre, concernant à la fois l'accident mais aussi des faits d'outrages et de menaces de mort sur les policiers.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité violence