L'Assemblée nationale décryptée par le dessinateur de BD kokopello

Le Palais Bourbon n’a plus de secret pour lui. Rien n'a échappé à son œil et à son coup de crayon. Pendant plus de 2 ans, Kokopello a mené l’enquête croquant la vie quotidienne des députés. Il livre un album : Palais Bourbon, les coulisses de l’Assemblée nationale aux éditions Dargaud.

"Qu’est-ce qu’être élu de la République et siéger à l’Assemblée nationale ? Pourquoi lors des séances publiques, les fauteuils sont bien souvent vides ? Ou sont-ils, que font nos députés ? Rien ? Pourquoi un français sur deux s’abstient de voter ?" Kokopello est un dessinateur curieux.

Et c'est pour répondre à toutes ses questions et nourrir sa propre curiosité que Kokopello s’est lancé dans cette investigation. Ce jeune dessinateur de 29 ans n’en est pas à sa première infiltration. Lui qui avoue ne pas être militant s’est déjà frotté aux hommes politiques. "Lors de la dernière présidentielle, avec mes carnets et mes stylos, j’ai infiltré les cinq QG de campagne des partis politiques de la France Insoumise au Front National. J’ai découvert le monde des militants. Je me suis dit que maintenant je voulais comprendre les élus de la République", assure-t-il.

Il va donc "se fondre dans les murs" du Palais Bourbon. Grâce à un badge obtenu de haute lutte, il peut accéder à l’ensemble du lieu : l’hémicycle, les salons Delacroix, Casimir-Pierier et Abel-de-Pujol et même la buvette ! "Comme je n’étais pas associé à un journal, j' avais un badge qui me permettait d’accéder pour ainsi dire partout contrairement aux journalistes assigné à la salle des Pas perdus. J’ai pu circuler là où je voulais. J’ai peu à peu fait partie du décor. On s’est habitué à moi. Ma présence a été acceptée par tous", explique-t-il.

 

Le dessinateur arpente les séances de nuit, les séances publiques, les commissions, traine dans les couloirs, y croise Gérald Darmanin alors député chantant les Démons de minuit. Il accompagne également les élus sur le terrain. Notamment Clémentine Autain, député de Seine-Saint-Denis à Sevran ou Jean-Christophe Lagarde dans le 15e arr. pour le nouvel an Kurde. Il croque, crayonne, caricature la vie quotidienne de nos élus et va au final noircir une vingtaine de carnets de dessins. 

 

Il en convient, il a été bien accueilli surtout par la jeune génération d’élus plus sensibles à son art que les anciens. "J’ai eu la chance de tomber sur un hémicycle qui a été largement renouvelé et rajeuni. Les jeunes élus m’ont fait confiance et ont parfois oublié ma présence", précise-t-il.

"Pour un dessinateur, cet endroit est fabuleux. D'une part parce qu’il est très beau et puis il y a surtout ce parterre de députés fabuleux à croquer. Il y a des petits, des grands, des beaux, des moches. Certains qui parlent fort, certains qui postillonnent. Il y a une galerie de vrais personnages de BD. Pas besoin de forcer le trait", sourit-il.

Le menu c’est plutôt croque-monsieur et coca que homard et champagne

Kokopello

Les personnages et les situations dépeintes dans "Palais Bourbon" nous font découvrir ce qu’est la réalité de la fonction d’élu et le fonctionnement de la chambre basse. "J’ai pu croquer plein de moments, officiels ou non, parfois absurdes. J’ai montré l’envers du décor pour faire comprendre ce qu’est le métier de député", témoigne-t-il. Et de poursuivre : "J’ai compris pas mal de choses par exemple pourquoi l’hémicycle est aussi souvent vide. En fait ça ne veut pas dire qu’ils ne travaillent pas mais ils participent à des réunions d’information, des commissions ou vont sur le terrain. Je pense que je porte un regard un peu plus bienveillant sur cette fonction car ce sont des hommes et des femmes comme tout le monde accessibles", atteste-t-il.

Kokopello aimerait que son album touche le grand public et soit utilisé par les écoles ou les universités comme "un outil, pas barbant pour comprendre nos institutions". Que les députés ne s’inquiètent pas. Il n’a pas envie de leur ravir leur fauteuil. "Je suis très bien en tant que dessinateur et caricaturiste. Je préfère continuer à faire des BD politiques. c’est plus rigolo !", s’esclaffe-t-il.

Messieurs les sénateurs, attention. Son album publié, le voilà prêt à s’attaquer au Palais du Luxembourg.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée culture livres politique