La mairie de Suresnes expérimente la prime au mérite pour ses fonctionnaires

Les méthodes du privé sont désormais appliquées aux agents municipaux de la ville de Suresnes. La rémunération mensuelle évolue en fonction de leurs performances.

Gratifier ou sanctionner les fonctionnaires en fonction de leur qualité de travail, c'est l'expérimentation qui a débutée à la mairie de Suresnes sur ces 1300 agents. 

Après une négociation de 6 mois avec tous les syndicats et un accord signé, les évaluations des salariés viennent de débuter avec des critères comme l’assiduité, le respect des délais, ou plus ouverts comme l’adaptation au changement et la prise d’initiative.

Pour déterminer qui pourra bénéficier d'une hausse de son traitement et qui verra celui-ci fondre, les agents seront notés sur une échelle allant de "très insuffisant" à "exceptionnel". Les employés de la ville de Suresnes récolteront l’une de ces appréciations, au cours des entretiens qui se déroulent en ce moment, cela aura des conséquences sur leur fiche de paye à partir du 1er avril 2016. Les agents très bien notés pourront ainsi gagner jusqu'à 135 euros par mois. En revanche, les moins bons élèves pourront perdre 90 euros par mois. 

Des mesures qui pourraient coûter cher ? Christian Dupuis, le maire de Suresnes pense qu'au contraire que "c'est une bonne nouvelle, parce que nos agents s'impliqueront d'avantage et que par conséquent, avec les départs en retraite, on ne sera pas obligé de renouveler tout le monde, et on pourra faire aussi bien, voire mieux avec moins d'agents". 

Une expérience pris comme exemple ce mardi par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron sur Europe 1. Il s'est déclaré favorable à "accroître la part de mérite" dans la rémunération des fonctionnaires, tout en précisant que la performance des employés du secteur public ne pouvait être mesurée comme dans le privé. "Je pense qu'il faut accroître la part de mérite, la part d'évaluation, dans la rémunération de la fonction publique", a affirmé le ministre, soulignant qu'il s'agissait "d'une conviction personnelle", après le lancement l'expérimentation sur le salaire au mérite dans la ville de Suresnes

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu s'est également déclarée, sur BFMTV-RMC, "favorable" à ce qu'une part de mérite entre en considération dans la rémunération des fonctionnaires.

Reportage de Fernando Malverde et Yves Dewulf