Marche des réquisitions : "la crise du logement s’aggrave, c’est très clair"

L’association "Droit au logement" a appelé à une marche dans le centre de Paris pour dénoncer le manque de logements en France et l’augmentation du nombre de sans-abri et de mal-logés.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Sur les plus de trois millions de logements vacants en France, on en compte près de 400 000 en Île-de-France d’après des chiffres de l’INSEE datant d’octobre 2021. "Près de la moitié sont vides depuis plus d’un an déjà", regrette Jean-Baptiste Eyraud, fondateur et porte-parole historique de l’association Droit au logement (DAL), contacté par France 3 Paris Île-de-France.

Devant l’ampleur de ces chiffres, le DAL a appelé ces derniers jours à l’organisation d’une "Marche des réquisitions" pour ce dimanche 2 janvier 2022 dans l’après-midi avec pour point de départ, à 15h, le parvis de l’Hôtel-de-Ville (IVème arrondissement) afin d’ensuite se rendre au ministère du Logement, dans le VIIème arrondissement. "Par cette initiative, nous voulons alerter sur le fait qu’il y a de plus en plus de sans-abri et de personnes mal-logées dans notre pays et marquer le coup dès le début d’année", explique Jean-Baptiste Eyraud.

"Mobiliser le patrimoine vacant"

Le cortège, composé de quelques dizaines de personnes, a emprunté un itinéraire passant par trois immeubles : celui de l’Hôtel-Dieu (près de Notre-Dame de Paris), un autre appartenant aux universités parisiennes et un autre situé quai Voltaire. "L’Hôtel Dieu est vacant à moitié (…) Les deux autres sont vides depuis plusieurs années", explique Jean-Baptiste Eyraud. Se rendre au ministère du Logement est un geste "symbolique". "Il s’agit d’appeler le gouvernement à mobiliser le patrimoine vacant dont il dispose pour héberger des personnes sans-abri et les très mal-logés", poursuit-il. Il s’agit également de demander au gouvernement d’appliquer la loi dite "de réquisitions" adoptée en 1945. Elle permet à l’État de réquisitionner les logements vacants, qu’ils soient publics ou privés. La dernière vague de réquisitions remonte à 1997.

En 2020, il avait été nécessaire de saisir le Conseil d’État pour obliger l’état à protéger les personnes sans-abri. On espère que cette année, on n’aura pas besoin de le faire.

Jean-Baptiste Eyraud

"On a de plus en plus de logements vacants. On construit de moins en moins de logements sociaux. Les loyers sont de plus en plus chers. On a de plus en plus de sans-abri, de mal-logés, de demandeurs de logements sociaux, d’expulsions locatives même si elles se sont calmées du fait du Covid (…) mais la crise du logement s’aggrave, c’est très clair", estime Jean-Baptiste Eyraud. Le porte-parole du DAL appelle ainsi l’État a "mobiliser ce parc de logements vides d’urgence" et à un "durcissement taxe sur les logements vacants". "En 2020, il avait été nécessaire de saisir le Conseil d’État pour obliger l’état à protéger les personnes sans-abri. On espère que cette année, on n’aura pas besoin de le faire", conclut M. Eyraud.