Paname: Les perles de la rue Caulaincourt

Publié le

Paname explore ce dimanche la rue Caulaincourt, dans le XVIIIe arrondissement. Une large rue qui prend naissance place de Clichy, enjambe sur un viaduc le cimetière de Montmartre, puis contourne à l’ouest la Butte jusqu’à la rue du Mont-Cenis.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Au programme des découvertes de ce riche numéro de Paname:

  • Arnaud Nicolas (125 rue Caulaincourt). Sacré Meilleur Ouvrier de France en 2004 à l’âge de 25 ans, Arnaud Nicolas élabore des « charcuteries cuisinées » relookées haute-couture, avec la volonté de rivaliser avec la pâtisserie. Son fleuron? Le pâté en croûte, servi à l’Élysée lors de grands événements...  
  • Curiositas (7 rue Ravignan). La boutique de Grégory Jacob s’apparente à un cabinet de curiosités. Un univers merveilleux et un peu inquiétant peuplé de naturalia (objets naturels et d’entomologie), de mirabile (merveilles d’exception de la nature) et d’artificiala (objets créés par l’homme).  
  • Frédérick Gersal et la basilique du Sacré-Cœur. Rare privilège, Frédérick ouvre à Yvan les portes du campanile de la basilique du Sacré-Cœur. Il raconte la genèse de l’édifice et détaille son financement, assez original.  
  • Ange et Dam (50 rue Labat). Sous cette enseigne se cache un tandem d’artistes atypique. À quatre mains, Blandine et Marika font naître à partir de bidules récupérés çà et là des créatures hybrides et fantastiques.  
  • Henri Landier (1 rue Tourlaque). Yvan pénètre dans le dernier grand atelier d’artiste montmartrois, celui d’Henri Landier, grand monsieur de 88 ans qui, arrivé à 17 ans sur la Butte, a côtoyé Picasso, Céline, Brel, Ferré, Brassens, Mac Orlan, Aymé, Piaf, Doisneau, Prévert….

Toutes les adresses d'exception découvertes par Paname ces 8 dernières années sont sur la Carte Paname