Accident du travail : un hommage est rendu à Paris à Moussa Goussama mort en lavant des vitres d'un centre social

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuèle Bailly avec Mathilde Laban

Un hommage est rendu ce midi à Moussa Gassama. Ce père de famille est mort le 5 mars alors qu'il nettoyait les vitres d'un centre social à Paris dans le XXe arrondissement.

L'homme de 57 ans est décédé, deux semaines après avoir fait une chute de plusieurs mètres. Il est tombé du 5e etage alors qu'il nettoyait des vitres situées en hauteur du bâtiment du centre social de la Ville de Paris. Il était employé par une entreprise de nettoyage, sous traitante de la ville de Paris. 

Un rassemblement a lieu ce midi devant le bâtiment à l'appel de plusieurs syndicats qui dénoncent les conditions de travail dans le secteur du nettoyage.

Les syndicats pointent des manquement à la sécurité 

Des proches et des syndicats assurent que les papiers de la victime n'était pas en règle mais son employeur, indique lui, que sa régularisation était en cours.

Moussa Gassama n'aurait pas été équipé convenablement pour effectuer ce type de tache. "Le salarié est tombé car il n'avait pas, a priori, le matériel adéquate (une perche télescopique, ndlr) pour laver les vitres en hauteur", déplore Fabrice Egalis, du collectif CGT parisien du nettoyage. De plus, insiste le syndicaliste, "Il existe aussi une qualification professionnel pour effectuer ce travail, qu'il n'avait pas".

Les chiffres des accidents de travail 

Le nombre de décès dans le cadre du travail en Ile-de-France s'élève à 115 morts pour l'année 2019. En 2020, 111 décès sont à déplorer.

La caisse régionale d'assurance maladie d'Île-de-France (CRAMIF), indique qu’en 2020, la baisse de l’activité économique due à la situation sanitaire a conduit à une baisse globale des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles. Cette baisse est conjoncturelle (en raison du Covid-19) et ne reflète donc pas une diminution réelle de la sinistralité, précise l'organisme. 

A noter que ces chiffres sont fournis par cet organisme qui ne comptabilise que les décès dans le secteur privé. Les travailleurs indépendants et ceux des fonctions publiques sont gérés par des organismes différents et ne sont donc pas pris en compte.