Des acrobates en Or, en Argent et en Bronze !

Festival du cirque de demain, pelouse de Reuilly / © Jean-Laurent Serra
Festival du cirque de demain, pelouse de Reuilly / © Jean-Laurent Serra

La 40ème édition du festival mondial du cirque de demain célèbre les meilleurs jeunes talents, une compétition dans l’esprit des JO.

Par Jean-Laurent Serra

Ils ont moins de 26 ans et représentent l’élite et l’avenir du cirque mondial. Jusqu’à dimanche sur la pelouse de Reuilly située dans le 12ème arrondissement, la 40ème édition du festival mondial du cirque de demain célèbre des acrobates, des voltigeurs ou encore des jongleurs virtuoses.

Considéré comme les JO du cirque ou comme le festival de Cannes de la piste, ce rendez-vous précurseur créé en 1977 est devenu incontournable à l’échelle internationale.
 
Festival du cirque de demain, pelouse de Reuilly / © Jean-Laurent Serra
Festival du cirque de demain, pelouse de Reuilly / © Jean-Laurent Serra


Vingt-cinq nationalités sont représentées cette année sous le chapiteau du Cirque Phénix qui accueille l’évènement. Le président du festival,  Alain Pacherie - aussi directeur du cirque phénix - nous reçoit pour un entretien passionné : « vous savez, à chaque fois que je rentre sous le chapiteau pour assister aux répétitions ou que je monte sur la scène pour ouvrir le festival, j’ai une immense émotion. Le cirque est un métier difficile mais c’est le plus beau métier du monde car les artistes nous font rêver. Je suis très fier de les représenter ».

A la clé, des contrats

Et cette année, pour l’anniversaire du festival qui fête sa 40ème édition, le niveau est particulièrement élevé : « on a reçu plus de 350 candidatures venues du monde entier pour une vingtaine de places. Et seuls les artistes qui n’ont jamais participé à d’autres festivals peuvent postuler ici. Certains tentent leur chance depuis plusieurs années » nous précise Alain Pacherie. Et pour cause ! Car cette exclusivité fait la notoriété du festival.
 
Plus de 250 directeurs issus des plus grands cirques du Monde, de salles ou encore de cabarets viennent acheter des numéros sur le festival « le directeur de casting du cirque du soleil vient chez nous par exemple, c’est le seul festival où il se déplace » nous explique le président.

« Un artiste n’a pas besoin de gagner une médaille pour assurer son avenir proche. Tous les artistes qui participent, repartent avec des propositions de travail. C’est un véritable tremplin ». Le médaillé d’or 2017 Chih-Han-Chao est un parfait exemple. Originaire de Taiwan, son numéro éblouissant de
diabolo est devenu une coqueluche à l’échelle planétaire et la référence de la discipline.

Une compétition conçue comme un grand spectacle

Autre exemple avec « Scandinavian Boards » originaire de Suède, de Finlande et des Pays-Bas. Le collectif qui a déjà brillé au festival et décroché de nombreux contrats, revient cette année en compétition avec un nouveau numéro et un plaisir non dissimulé.
 
Au-delà de la compétition, les artistes saluent l'ambiance du festival, « c’est un vrai spectacle, et l’ambiance est assez folle. Certains artistes sont soutenus par leurs écoles d’origines. Alors imaginez ! Le chapiteau contient plus de 4000 places et quand le public commence à scander, à chanter, ça fait du bruit  » nous explique Alain Pacherie.

Cette année par exemple, La compagnie Soralino qui représente la France a été formée à l’école Fratellini à Saint-Denis dans le 93.

Son numéro excentrique devrait faire réagir les nombreux élèves présents sous le chapiteau « ce sont les élèves de cette même école Fratellini qui installent les agrès des artistes et préparent la scène entre chaque numéro. Ils soutiendront forcément avec beaucoup d’enthousiasme, le passage de Soralino qui sont de la même école ».

La 40ème édition du festival mondial du cirque de demain se poursuit jusqu’à dimanche avec en spectacle de clôture, la présentation de tous les lauréats. De la performance et une belle ambiance en perspective.

Festival mondial du cirque de demain » Chapiteau du cirque phénix, jusqu’au 3 février sur la Pelouse de Reuilly. Paris 12ème En savoir plus ici

Reportage complet à retrouver ici 

Sur le même sujet

Recherche : dans les laboratoires, le blues des chercheurs français

Les + Lus