Cet article date de plus de 6 ans

Agression de Roms à Paris : l’auteur présumé jugé le 7 avril

Un homme de 40 ans, soupçonné de s'en être pris à un couple de Roms le 16 janvier à Paris, sera jugé le 7 avril, en correctionnelle. Il est poursuivi pour "violences volontaires avec préméditation, n'ayant entrainé aucune incapacité de travail".

Fin janvier, un couple de Roms avait déposé plainte au commissariat du IIIe arrondissement de Paris. Il affirmait avoir été agressé le 16 janvier place de la République en début de soirée par un habitant du quartier. Un homme aurait aspergé leur matelas posé à terre d’un liquide noir et corrosif. Deux bénévoles de l’association Autremonde effectuait une mission dans le quartier ce soir là et on aperçu l’individu "Quand on s'est approché, il s'est éloigné avec une bouteille blanche sous le bras"(...) "Quand on est arrivé près du couple, on a constaté qu'un liquide noir très corrosif commençait à détruire le matelas", déclare Léo Larbi l’un des deux bénévoles. Sa coéquipière a été brûlée en ramassant un sac touché par ce liquide.
Ils ont alors encouragé le couple Rom a porter plainte. "Entraide citoyenne", un groupement de soutien aux sans-abri affirme de son côté que ça n'était pas la première fois le 16 janvier que cet habitant "s'en prenait à des SDF roumains". Selon la présidente de l'association, l'habitant excédé avait déclaré que si "ces personnes ne dégageaient pas, il viendrait nettoyer".

Les policiers ont placé en garde à vue un habitant du quartier le mardi 11 février 2014, connu des services de police. Il a reconnu une partie des faits mais nie toute agression et motivation raciste. Il est présenté comme "un technocrate de gauche" par son avocat. Interviewé par France Info, Me Cohen-Sabban estime que le parcours de son client "qui a été encarté au PS" plaide en sa faveur. L'avocat évoque un haut-fonctionnaire passé par l'Institut d'études politiques (IEP) et l'Ecole des hautes études commerciales (HEC) avant un atterrissage "un temps dans les services de Matignon". 

L'agresseur présumé, a été relâché et est convoqué au tribunal correctionnel le 7 avril 2014.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice faits divers