Agression près de la tour Eiffel : deux femmes mises en examen pour violences en réunion et propos à caractère raciste

Dimanche soir dernier, 2 femmes ont été agressées au couteau alors qu’elles se promenaient avec des enfants au Champs de Mars. Leurs agresseuses, 2 autres femmes, ont été mises en examen pour  "violences en réunion", "état d'ivresse" et "propos à caractère raciste".

Deux femmes ont été agressées au couteau dimanche soir près de la tour Eiffel.
Deux femmes ont été agressées au couteau dimanche soir près de la tour Eiffel. © Eric Feferberg / AFP
Deux femmes ont été attaquées au couteau par deux autres femmes dimanche soir alors qu'elles se promenaient avec leurs enfants sur le Champs de Mars à Paris. L’agression a eu lieu suite à une altercation à cause d'un chien non tenu en laisse. Selon la préfecture de police de Paris, "les policiers sont intervenus suite à un appel police-secours pour deux femmes blessées par arme blanche au niveau du Champ-de-mars. Cette agression ferait suite à un différend survenu entre quatre femmes à cause d'un chien non tenu en laisse et traînant à proximité des enfants des deux victimes", peut-on lire dans un communiqué.
 
Une enquête avait été ouverte pour tentative d’homicide volontaire et confiée au commissariat du 7ème arr. puis requalifiée en "violences volontaires" à l'issue de la garde à vue. Cette affaire avait été largement relayée sur les réseaux sociaux et qualifiée d'islamophobe, dans un climat de tensions quelques jours après l'assassinat de Samuel Paty.

Selon Franceinfo qui a pu consulter les plaintes des victimes, les deux mères de familles âgées de 19 et 40 ans expliquent qu'elles se promenaient en famille avec des enfants. Un chien non tenu en laisse est arrivé et a effrayé les enfants. Elles ont alors demandé aux propriétaires de l'animal de le tenir en laisse. Des insultes racistes ont alors fusés : "Sales Arabes", "Rentrez chez vous". Elles ont été alors agressées de plusieurs coups de couteau. L'une des promeneuses a été touchée au crâne, l'autre a eu le poumon perforé. 

Les deux agresseuses ont été mises en examen ce jour, jeudi 22 octobre. Elles sont poursuivies pour "violences en réunion avec usage d'une arme", "état d'ivresse" et "propos à caractère raciste". L'une d'elles a été placée sous contrôle judiciaire, et l'autre mise en détention provisoire.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société