Cet article date de plus de 4 ans

Le banquier « punk » Matthieu Pigasse rachète le festival Rock en Seine

L’homme d’affaires annonce le rachat du festival du parc de Saint-Cloud, l’un des plus grands évènements musicaux français.
Déjà président des Eurockéennes de Belfort, le banquier est également propriétaire de très nombreux médias, des Inrocks à Nova.
Déjà président des Eurockéennes de Belfort, le banquier est également propriétaire de très nombreux médias, des Inrocks à Nova. © IP3 PRESS/MAXPPP
Le monde de la banque serait-il en train de prendre la main sur celui de la culture et des festivals ? Déjà président des Eurockéennes de Belfort, Matthieu Pigasse rachète le festival Rock en Seine, qui a lieu depuis 2003 à la fin août dans le parc de Saint-Cloud, aux portes de Paris.

Directeur de la banque d'affaires Lazard en France, le businessman aime les fusions-acquisitions financières mais aussi racheter des médias. La liste est longue, de Nova aux Inrocks. Matthieu Pigasse est également actionnaire du Monde aux côtés de Xavier Niel et Pierre Bergé, et de la déclinaison française de Vice Media.

Autoproclamé « anti-bourgeois », le multimillionnaire se prétend fan de punk et du groupe The Clash. Pigasse est également proche du Parti socialiste, de Dominique Strauss-Kahn, et du spin doctor et dirigeant d'entreprises Alain Minc.

Le mécénat des festivals, entre soutien financier et influence

Avec 120.000 spectateurs l’année dernière, Rock en Seine est l’un des plus grands évènements musicaux français. Ce n’est pas le premier festival à recevoir le soutien financier (et l’influence) du monde de la banque et de l’assurance.

Depuis 2011, le Crédit Mutuel associe son nom au Printemps de Bourges (désormais « Printemps de Bourges-Crédit mutuel »). La banque est également partenaire des Francofolies de La Rochelle depuis 2005.

Avant son rachat par Matthieu Pigasse, Rock en Seine recevait déjà des financements de Kronenbourg, Malakoff Médéric, ou encore AXA Banque.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival culture rock en seine musique économie