Des migrants installent 250 tentes devant la Mairie de Paris

Plusieurs centaines d’exilés ont installé des tentes devant la mairie de Paris ce jeudi soir à l’initiative de l’association Utopia 56 qui lutte pour de meilleures qualités d’accueil pour les migrants. 

Un camp de migrants est installé depuis ce jeudi soir devant la Mairie de Paris
Un camp de migrants est installé depuis ce jeudi soir devant la Mairie de Paris © Morgane Prevost / France 3 PIDF

Ce jeudi soir, un rassemblement de migrants a été organisé devant l’Hôtel de Ville de Paris. Au total, ce sont près de 250 tentes qui ont été installées pour accueillir des familles d’exilés. Les associations à l’initiative de ce campement dont Utopia 56, demandent la mise à l’abri de ces familles. L’association demande la prise en charge par l’Etat de ces migrants pour la plupart originaire d’Afrique subsaharienne. 

Parmi les exilés, se trouvent également des mineurs. De tels rassemblements avaient déjà été organisés ces derniers mois par des associations d’aide aux migrants devant la Mairie de Paris. "Face à l’inaction de l’Etat dans l’accueil de ces populations, nous sommes obligés de recourir à des actions de visibilisabtion" explique Yann Manzi, co-fondateur d’Utopia 56. Ce vendredi, le campement est encore installé.   

"Il y a une volonté de non-accueil de ces populations de la part du gouvernement"

L’association Utopia 56 demande un "accueil digne", mais dénonce "une volonté de la part du gouvernement de les accueillir dans de mauvaises conditions pour dissuader les autres de venir", déplore Yann Manzi. Les organisateurs réclament à la préfecture de police de ne pas attendre trop longtemps pour trouver une solution à cette situation de peur que des "gens moins bien intentionnés se greffent au rassemblement et que les choses s’enveniment" . 

Les dialogues entre les organisateurs et la préfecture se sont pour l’instant déroulés dans le calme, les membres des associations d’aide aux migrants revendiquent l’envoi de listes à la Mairie de Paris ainsi qu’à la préfecture pour procéder à des mises à l’abri. Celles-ci ont été déposées depuis plusieurs heures maintenant et restent toujours sans réponse selon Yann Manzi. Ce mercredi, dans une lettre adressée à la préfecture de région l’adjoint d’Anne Hidalgo chargée de l’accueil des réfugiés Ian Brossat attire l’attention de l’Etat  "sur les familles demandeuses d’asile sans solution d’hébergement à Paris dont les signalements se multiplient"  rapporte l’AFP.                        

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration