Deux policiers gravement blessés par balles dans un commissariat : ce que l'on sait

Les faits se sont déroulés dans le 13ème arrondissement de Paris ce jeudi soir. Les deux hommes ont été transportés à l'hôpital peu après la fusillade. Le pronostic vital d'un des policiers est engagé.

Deux policiers ont été grièvement blessés par balle jeudi soir dans le commissariat central du 13e arrondissement de Paris par un homme qui s'est emparé de l'arme d'un fonctionnaire, après avoir été interpellé pour l'agression au cutter d'une femme.

Les faits se sont déroulés peu avant 22H30 à l'intérieur du commissariat, selon une source proche du dossier qui a précisé que l'un des deux policiers avait son pronostic vital engagé.

Ce que le parquet de Paris, sollicité par l'AFP, a confirmé plus tard. Vers minuit, le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, qui était accompagné de la procureure de Paris Laure Beccuau, s'est rendu sur place.

Trois enquêtes ouvertes

Le préfet a expliqué devant la presse que l'agresseur avait été interpellé vers 22H00 dans un "immeuble" du 13e arrondissement pour "une agression très violente d'une femme" au "cutter".

"Les policiers sont intervenus et l'ont ramené ici (au commissariat) et c'est au moment de sa prise en charge qu'il a subtilisé l'arme" d'un fonctionnaire et a blessé "gravement" deux policiers. Les fonctionnaires blessés ont été immédiatement transportés à l'hôpital de même que leur agresseur, lui-même blessé "grièvement" par un tir de riposte, a précisé le préfet de police.

"Nous sommes très préoccupés par l'état de santé (des deux policiers). Nous sommes tous très inquiets", a-t-il encore souligné, en apportant son "soutien aux effectifs du commissariat du 13e", "saluant leur courage et leur réactivité". Il a annoncé qu'une enquête judiciaire était en cours et la Police Judiciaire parisienne chargée d'établir "les circonstances" de ce drame.

Sollicité par l'AFP, le parquet de Paris a précisé que trois enquêtes avaient été ouvertes. Deux sont confiées au 3e District de la Police Judiciaire, l'une pour "tentative de meurtre sur la femme", l'autre pour "tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l'autorité publique". La 3e enquête a été confiée à l'IGPN (la "police des polices") pour "violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique", comme c'est toujours le cas lorsqu'un policier fait usage de son arme. Le parquet a précisé que le mis en cause "blessé au thorax, avait été conduit à l'hôpital". "Son pronostic vital n'est pas engagé", a-t-il ajouté.

"Les investigations devront notamment préciser les circonstances des faits, l'identité du mis en cause, ainsi que ses éventuels liens avec la femme victime", a conclu le parquet.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité