• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Gilets jaunes - Les commerçants de l'ouest parisien font grise mine

Un magasin des Champs-Elysées protège sa vitrine avant une manifestation des Gilets jaunes, le 7 décembre 2018. / © Alain JOCARD / AFP
Un magasin des Champs-Elysées protège sa vitrine avant une manifestation des Gilets jaunes, le 7 décembre 2018. / © Alain JOCARD / AFP

À l'approche de la 17e journée de mobilisation, les commerçants de l'ouest parisien, notamment de l'avenue des Champs-Elysées, affirment avoir vu chuter leur chiffre d'affaires car les touristes déserteraient la zone.

Par LB (avec Florie Castaingts)

Alors que le 17e week-end de manifestations des gilets jaunes se profile, du côté des commerçants, on fait plutôt la grise mine. Les chiffres d'affaires sont en berne et de plus en plus de commerçants s'inquiètent de l'avenir économique de leur magasin. "C'est très compliqué", confirme Tony El Khoury, patron du Bistrot de l'Arc (Paris 16e).

"On ne voit plus les touristes et je ne sais pas comment je vais m'en sortir. Jusqu'au 31 mai, je peux tenir, [mais si ça ne s'arrange pas] je serai obligé de licencier trois salariés." Le restaurateur chiffre à 130.000 euros les pertes cumulées depuis le début du mouvement. "On n'est pas contre les Gilets jaunes mais, si vous avez quelque chose à dire, allez devant les ministères et arrêtez de bloquer tout !"
 

500 magasins dégradés à Paris

Dans la capitale, plus de 500 magasins ont été dégradés. Face à ce constat, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire vient de mettre en ligne un formulaire permettant aux commerçants d'obtenir une remise d'impôt (impôt foncier ou impôt sur le revenu) ou un étalement des dettes sans pénalité de retard.Paris fait ainsi partie des dix villes les plus impactées par les Gilets jaunes, selon le Premier ministre Edouard Philippe qui a, de son côté, débloqué une enveloppe de 3 millions d'euros pour aider les commerçants de ces villes.
Par ailleurs, la mairie de Paris va aussi renoncer à une partie de sa taxation visant les terrasses (à hauteur de 1,1 million d'euros) et la Région Île-de-France a débloqué 1 million d'euros pour soutenir les commerçants franciliens.
 

Sur le même sujet

Premier meeting Benjamin Griveaux

Les + Lus