• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris : les livreurs de repas à vélo appelés à la grève jusqu'au 15 juillet

Un livreur de repas Uber Eats, ici, à La Défense. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Un livreur de repas Uber Eats, ici, à La Défense. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Foodora, Deliveroo, Uber Eats... Les livreurs de repas à vélo sont appelés à faire grève à compter de ce dimanche 8 juillet, jusqu'au 15 juillet prochain. Un collectif de travailleurs de ces plateformes réclame notamment une rémunération minimale horaire

Par France 3 Paris IDF/ET

Les livreurs de repas sont appelés à la grève à compter de ce dimanche 8 juillet, et jusqu'au 15 juillet. Un mouvement qui vise à réclamer une rémunération minimale horaire, dans le contrat les liant aux plateformes, type Deliveroo, Uber Eats et Foodora.

Dimanche en fin d'après-midi, les coursiers à vélo sont invités à se rassembler place de la République, à Paris. Un mouvement qui intervient alors que le projet de loi "avenir professionnel" doit être examiné par le Sénat cette semaine.

La colère des livreurs

Un amendement du rapporteur LREM du texte Aurélien Taché, soutenu par le gouvernement, suscite particulièrement la colère de ces livreurs. Il prévoit la possibilité, pour une plateforme, d'établir une "charte" qui définisse "ses droits et obligations ainsi que celles des travailleurs avec lesquels elle est en relation". Pour autant, aucun lien de subordination juridique ne peut ressortir de cette charte... Ce qui éloigne tout risque de requalification des contrats livreurs/plateformes en contrats de travail.

"Il est désormais indispensable de renverser le rapport de force", explique le Clap, le collectif des livreurs parisiens, sur Twitter. "Depuis plusieurs mois, nous avons vu nos rémunérations diminuer et les distances de livraison augmenter", écrit le collectif., qui appelle à cette grève, lors de la dernière semaine de la Coupe du Monde de football.

Le boom des livraisons... Mais pas des revenus

C'est depuis la fin 2015 que les livraisons à domicile ont connu une forte croissance en France, notamment à Paris. Selon le cabinet NPD, cité par Le Figaro, 1,7 milliard d'euros de chiffres d'affaires ont été réalisés dans ce secteur en 2016. Mais les revenus restent très aléatoires, à en croire les livreurs, alors que les acteurs, toujours plus nombreux, ne cessent de pousser la porte de ce marché.

A lire aussi

Sur le même sujet

Rafle du Vel' d'Hiv' : 77 ans après, Joseph Schwartz, rescapé, témoigne

Les + Lus