Hommage au policier Xavier Jugelé, quatre ans après l’attentat sur les Champs-Élysées

Une cérémonie a été organisée ce mardi matin en présence d’Anne Hidalgo, Gérald Darmanin et Didier Lallement, en hommage à Xavier Jugelé. Ce capitaine de police a été tué dans un attentat sur les Champs-Élysées, le 20 avril 2017.

La plaque en hommage à Xavier Jugelé (illustration).
La plaque en hommage à Xavier Jugelé (illustration). © MAXPPP

"A la mémoire du Capitaine de Police Xavier Jugelé, assassiné en ce lieu, le 20 avril 2017, victime du terrorisme dans l’accomplissement de son devoir". Devant la plaque commémorative, située sur l’avenue des Champs-Elysées, la maire de Paris Anne Hidalgo, le préfet de police de Paris Didier Lallement et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ont rendu hommage ce mardi matin à Xavier Jugelé.

Après une lecture de la plaque, des gerbes ont été déposées et la Marseillaise a retenti. La cérémonie était organisée en présence de la famille de la victime, ainsi que des effectifs de la Direction de l'Ordre Public et de la Circulation.

"Ce 20 avril, Paris se souvient et rend hommage au Capitaine de Police Xavier Jugelé, mort en héros dans l’exercice de ses fonctions, victime du terrorisme, a affirmé Anne Hidalgo. Ne l’oublions jamais."

Un attentat survenu à trois jours du premier tour de la présidentielle de 2017

De son côté, Gérald Darmanin a également salué la mémoire du policier : "Hommage au capitaine Xavier Jugelé, lâchement assassiné sur les Champs-Élysées le 20 avril 2017, victime de la barbarie islamiste alors qu’il était engagé pour protéger les Français. Pensées pour sa famille, ses proches et ses collègues. La France ne l’oubliera jamais."

Xavier Jugelé avait 37 ans lors de l’attaque. Le soir des faits, un homme armé d'une kalachnikov tirait sur un fourgon de police situé sur les Champs-Élysées, tuant le capitaine de police, alors en mission de protection. Deux autres policiers ainsi qu’une passante ont été blessés au cours de l’attentat.

L’assaillant, identifié comme étant Karim Cheurfi, a ensuite été abattu. Une attaque survenue à trois jours du premier tour de la présidentielle, et revendiquée par l'organisation État islamique. Suite à l’ouverture d’une enquête le soir même par le parquet national anti-terroriste, un procès aux assises pour quatre suspects a été requis en juillet 2020, pour infraction à la législation sur les armes et association de malfaiteurs terroriste criminelle pour l’un d’entre eux.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hommage société attentat terrorisme