Images de Mai 68 : une exposition d'affiches à l’École des Beaux-Arts de Paris

La Chienlit c'est lui ! / © Mai 68, Atelier des Beaux-arts
La Chienlit c'est lui ! / © Mai 68, Atelier des Beaux-arts

La mémoire collective de Mai 68 est largement liée aux affiches produites par l’École des Beaux-Arts de Paris rebaptisé l’Atelier Populaire à partir du 14 mai par ses étudiants et ses enseignants.150 affiches de Mai 68 sont exposées aux Beaux-Arts jusqu'au 20 mai.

Par France 3 Ile de France / EB

Depuis cinquante ans, Mai 68 occupe, dans les imaginaires collectifs, une place particulière. Il suffit de prononcer cette date, pour voir les pavés qui volent, les barricades, les voitures incendiées et les slogans sur les murs des facultés. "Dessous les pavés c'est la plage"... à la Sorbonne, "Soyez réalistes, demandez l'impossible" est-il écrit sur les murs de la fac de Censier.
Cette époque est aussi marquée par la production foisonnante d'affiches qui naissent dans les locaux de l'Atelier Populaire ex-Ecole des Beaux-Arts. Ces sérigraphies ou lithographies sont le reflet de la rencontre de l'art et de la politique expliquent les organisateurs de l'exposition "La culture visuelle de l ’extrême gauche en France (1968-1974)". Elles sont les témoins de la  mobilisation et de la révolte politique d'une génération, celle des années 1960-1970.

Cette sérigraphie qui fait partie de la collection montre un buste stylisé du chef de l’Etat, portant képi, levant les mains en l’air, en posture victorieuse, mais évoquant plutôt une marionnette. Un slogan calligraphié l’accompagne : « La chienlit, c’est lui ! »
La Chienlit c'est lui ! / © Mai 68, Atelier des Beaux-arts
La Chienlit c'est lui ! / © Mai 68, Atelier des Beaux-arts

Deux affiches de l’Atelier Populaire qui ont marqué les esprits

 Nous sommes tous indésirables (Cohn-Bendit) / © Atelier des Beaux arts
Nous sommes tous indésirables (Cohn-Bendit) / © Atelier des Beaux arts
Deuxième affiche emblématique de l'époque. "Nous sommes tous indésirables" cette affiche fait suite aux attaques contre les origines familiales de Daniel Cohn-Bendit alors porte-parole du Mouvement du 22-Mars. Ces deux affiches ainsi que 148 autres sont exposées dans l'Ecole des Beaux-Arts, rue Malaquais, jusqu'en mai 2018 !
© F3 / Valentine Ponsy
© F3 / Valentine Ponsy


Sur le même sujet

Sécurité dans les transports : 200 agents de sûreté déployés dans les bus de première couronne

Les + Lus