INFOGRAPHIES. Cambriolages en baisse, violences conjugales en hausse, les chiffres de la délinquance en Île-de-France

Laurent Nuñez, le préfet de police de Paris, était l'invité de franceinfo ce mercredi matin alors que la préfecture de police a dévoilé ce mercredi les chiffres de la délinquance du premier trimestre 2023

"La délinquance baisse depuis l'été dernier" dans la capitale et sa petite couronne, a salué ce mercredi sur franceinfo Laurent Nuñez, préfet de police de Paris. Les vols, les cambriolages et les agressions dans les transports sont en baisse. À 500 jours des J0, la préfecture intensifie sa lutte contre le trafic de drogue notamment en Seine-Saint-Denis.


Les cambriolages en baisse

Le préfet de police de Paris a souligné des "baisses significatives", notamment sur les atteintes aux biens qui diminuent de 8,9%" sur un an à Paris et 7,9% sur l'agglomération. "Les cambriolages ont baissé de 6,5% alors qu'ils étaient en augmentation en 2022", a-t-il assuré. 

Les agressions dans les transports en baisse

Les violences physiques sont en baisse dans les transports en commun de la région, moins 27 %. La présence policière a été renforcée dans les transports en commun en ciblant notamment les stations les plus criminogènes. Jusqu'à 125 patrouilles par jour assure la sécurisation quotidienne des transports, explique la préfecture de Paris dans un communiqué.

Les violences conjugales en hausse

Point noir, les violences conjugales ont augmenté sur un an de 11,1% sur la petite couronne et de 24,2% à Paris intra-muros.

Le préfet de police estime qu'il peut y avoir ici l'effet de "la libération de la parole et de l'accueil significativement renforcé pour les femmes victimes de violences conjugales". Il met en avant le fait que "les policiers et gendarmes sont formés" et la mise en place d'un "partenariat fort avec les associations". Mais Laurent Nuñez est catégorique, "on ne peut pas se satisfaire" de cette augmentation des plaintes. Pour faire face à cela, il évoque notamment le rôle de "la prévention".  

Trafic de stupéfiant, la lutte intensifiée avant les JO

Les autorités policières ont pour objectif de désorganiser le trafic et d'enrayer la délinquance à moins de 500 jours de l'ouverture des Jeux olympiques de Paris-2024, dont une grande partie se déroule en Seine-Saint-Denis.

Selon le préfet de police de Paris en "mars 2023 il y avait 348 points de deal dans l'ensemble de l'agglomération" parisienne, contre "410 en mars 2022". Les forces de l'ordre agissent à la fois pour disperser "les points de deal et démanteler en profondeur les réseaux". 

Les affaires traitées de Trafic et d'usage-revente sont en hausse de 25,9 % représentant 824 trafics démantelés en plus par rapport au premier trimestre 2022. Laurent Nunez a indiqué qu'il "y a 26% de mis en cause pour trafic en plus".