La ville de Paris commercialise avec succès des logements à 5000 euros le M2

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuelle Hunzinger
Zac Saint-Vincent- de-Paul, les futurs appartements au prix de 5000 euros le mètre carré.
Zac Saint-Vincent- de-Paul, les futurs appartements au prix de 5000 euros le mètre carré. © Foncière de la ville de Paris

Pour faciliter l’accession à la propriété des classes moyennes, la ville de Paris commercialise des logements à 5000 euros le mètres carrés, soit moitié moins que le prix du marché. Un succès pour Ian Brossat, l’élu en charge du logement. En une semaine, 719 candidatures ont été déposées.

Acheter est devenu impossible voire difficile pour les classes moyennes au vu du prix du mètre carré estimé autour de 10 000 euros. Pour leur faciliter l’accession à la propriété, la ville de Paris commercialise des logements à 5000 euros le m2 via un organisme foncier solidaire, la Foncière de la Ville de Paris.

"Au moment où les familles souhaitent s’agrandir, elles sont bien souvent obligées de quitter Paris. Notre objectif, c’est que ces familles-là puissent rester et acheter à Paris", explique Ian Brossat, maire adjoint (PCF) de Paris en charge du Logement. Autre objectif, limiter la spéculation sur la pierre.

ZAC Saint-Vincent-de-Paul

Depuis le 6 avril, 23 logements sont proposés à la vente ZAC Saint-Vincent-de-Paul dans le 14e arr., sur le site de l'ancien hôpital. Les appartements seront livrés en 2025. En moins d'une semaine plus de 700 dossiers ont déjà été déposés. 35 000 visiteurs ont parcouru le site de la Foncière et la réunion d’informations en visio était "sold out" vendredi dernier. Ce nouveau dispositif d’accession à la propriété réservé aux classes moyennes semble rencontrer "un grand enthousiasme des Parisiens" s'est félicité Ian Brossat, invité du JT de France 3 IDF. Mais devenir propriétaire à ce prix ne se fait pas sans contrepartie.

Le bail réel solidaire

Les futurs propriétaires devront signer un bail réel solidaire. Concrètement, les ménages achètent le bâti, les murs, tandis que la Foncière de la Ville de Paris reste propriétaire du foncier, le terrain. C’est cette dissociation de la propriété du foncier et de celle du bâti qui permet de réduire les prix de vente de moitié, par rapport au marché privé de l’immobilier à Paris. 

La Foncière de la Ville de Paris conserve à perpétuité le foncier. Le bâti est vendu à des familles parisiennes pour une durée de 99 ans. Le ménage verse en complément une redevance de 2,5€ / mois / m2 à la Foncière correspondant à la participation foncière. La vente et la transmission du bien est possible mais dans le respect des mêmes critères de revenus. 

Pour candidater, il faut répondre à différents critères notamment de ressources et de composition familiale. Le logement doit être la résidence principale et il faut "avoir des liens avec la capitale", explique la mairie. Selon Ian Brossat, les candidats à ce dispositif sont "des familles locataires d'un logement social et qui veulent le quitter pour devenir propriétaire."

8 immeubles et 1000 logements à Paris via ce dispositif

"Ce dispositif mérite d'être développé dans les années à venir", a déclaré l'élu en charge du dossier. Dans un premier temps, 1000 logements seront proposés en bail réel solidaire : ZAC Bédier-Oudiné (13e), l'îlot Croisset (18e), la ZAC Gare des Mines (18e) et la ZAC Python-Duvernois (20e). Un objectif de 6000 appartements est prévu sur la mandature. Une carte interactive est disponible sur le site de la Foncière de la Ville de Paris.

Pour candidater, il faut se rendre sur le site de la Foncière de la ville de Paris et compléter un dossier en ligne.

Retrouvez Ian Brossat, élu en charge du logement, de l’hébergement d’urgence et de la protection des réfugiés dans le replay du Jt de France 3 IDF ce dimanche 11 avril. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.