Louis de Funès séduit les petits comme les grands à la Cinémathèque de Paris

37 ans après sa mort, l’acteur comique semble toujours séduire les plus jeunes. Des cinéphiles de tous âges viennent visiter l’exposition qui lui est consacrée depuis le 15 juillet.

La Cinémathèque de Paris compte accueillir 100 000 visiteurs à l'exposition De Funès.
La Cinémathèque de Paris compte accueillir 100 000 visiteurs à l'exposition De Funès. © IP3 PRESS/MAXPPP
Certains citent Fantômas, d’autres nomment La Folie des Grandeurs, beaucoup mettent en avant la série des Gendarmes, mais la majorité des visiteurs de la Cinémathèque de Paris évoque Rabbi Jacob et La Grande Vadrouille comme les films de Louis de Funès qui les ont le plus marqués. Depuis le 15 juillet dernier, et jusqu’au 31 mars 2021, l’acteur comique aux 150 longs-métrages est mis à l’honneur par le temple de la cinéphilie.

Et plus de 37 ans après sa disparition, Louis de Funès semble toujours au sommet de sa popularité, séduisant autant les petits que les grands. Depuis dix jours, ce sont des familles entières qui se rendent à la Cinémathèque de Paris. "Je suis venue avec mes deux enfants de 6 et 8 ans, explique Catherine. On leur montre les films de De Funès depuis qu’ils sont tout petits !". L’exposition entend alors accueillir 100 000 visiteurs au total, de tous les âges.

Comparé à Chaplin en 1957

Les plus petits s’amusent du jeu indémodable et burlesque de l’acteur. Inspiré par Laurel et Hardy mais également Charlie Chaplin, Louis de Funès faisait rire par ses "expressions", nom qu’il préférait au terme "grimaces", et par ses interprétations particulièrement physiques et visuelles. En 1957, le Time n’hésitait d’ailleurs pas à comparer l’acteur français à Charlie Chaplin, dans une critique du film Comme un cheveu sur la soupe. L’exposition donne à comprendre les ressorts comiques du gendarme le plus célèbre de France à travers de nombreux extraits de films.

Les scènes les plus marquantes des œuvres réalisées par Gérard Oury et portées par Louis de Funès sont notamment projetées sur un grand mur blanc, devant lequel est installé un banc prisé par les plus jeunes spectateurs. Les rires foisonnent devant les extraits du Corniaud, la Grande Vadrouille, la Folie des Grandeurs et Rabbi Jacob. Les deux scènes plébiscitées par le public, et notamment les enfants : Don Salluste se réveillant au son de l’or que remue son valet interprété par un Yves Montand à contre-emploi, et le mythique passage de Rabbi Jacob où Victor Pivert apprend la confession religieuse de son chauffeur. "Salomon, vous êtes juifs ?", fonctionne toujours après plus de 47 ans.

Le sens du rythme

Beaucoup d’enfants s’arrêtent devant l’écran qui diffuse les scènes de danse de l’acteur d’un mètre 63. Les quatre rangées de banc ne désemplissent pas. Les visiteurs observent avec attention Louis de Funès dans Le Grand Restaurant, Rabbi Jacob et L’Homme-orchestre. Certains rires fusent devant les facéties de l’acteur pendant la chorégraphie qu’il interprète dans ce dernier. Et beaucoup restent admiratifs devant sa générosité et son sens du détail. "C’est incroyable, il avait le rythme dans la peau", glisse un visiteur. Un sens du rythme hérité de ses années de pianiste dans les bars.
La 2CV que Louis de Funès démolit dans le Corniaud est exposée à la Cinémathèque de Paris.
La 2CV que Louis de Funès démolit dans le Corniaud est exposée à la Cinémathèque de Paris. © Gaël Simon France 3

"Quand j’étais enfant, Louis de Funès me faisait rire parce que j’avais l’impression de voir un cartoon quand je regardais ses films. Il y a quelque chose de très visuel chez lui, très coloré, se souvient Gérard en prenant pour exemple la scène de la cuve à chewing-gum dans Rabbi Jacob et la destruction de la 2CV dans La Grande Vadrouille. Mais en grandissant, j’ai compris qu’il y avait une deuxième lecture. On rigole de De Funès aussi parce qu’il incarne une autorité ridicule".

"Le succès de De Funès pendant le confinement ? Je ne suis pas complètement surpris ! C'est un personnage comme Tintin, Mickey ou l'Oncle Picsou, qui existe au-delà du temps"

Alain Kruger, commissaire de l'exposition Louis de Funès

"Ça fait cinq générations que les gens sont fascinés, hypnotisés par ce petit bonhomme, et je pense que ça va continuer", s’enthousiasme Alain Kruger, commissaire de l’exposition à l’AFP. Louis de Funès semble plus actuel que jamais et continue de séduire le plus grand nombre. En attestent les records d’audience de ses films pendant le confinement. L’ex-roi du box-office est devenu le roi de la petite lucarne. Le 12 avril, La Folie des Grandeurs réunissait 5,3 millions de téléspectateurs sur France 2. 5,1 millions de fidèles suivaient ses aventures dans La Grande Vadrouille, toujours sur France 2. Rabbi Jacob et L’Aile ou la Cuisse fédéraient 4,1 millions de fans, respectivement les 29 mars et 5 avril, encore sur la chaîne publique.

"Le succès de De Funès pendant le confinement ? Je ne suis pas complètement surpris ! C'est un personnage comme Tintin, Mickey ou l'Oncle Picsou, qui existe au-delà du temps", estime Alain Kruger. Et paf ! 37 ans après sa mort, Louis de Funès semble toujours être le comique préféré des Français. Et pour les plus grands fans, la Cinémathèque de Paris propose une rétrospective de 35 de ses films durant toute la période estivale.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter