Moins de voitures, plus d'arbres... Le projet de la ville de Paris pour "réenchanter les Champs-Elysées"

Publié le
Écrit par Elie Saïkali, avec Celine Cabral

Le principal objectif de la mairie de Paris est de redonner envie aux Parisiens, et aux Franciliens, de revenir sur l'avenue. Ils la boudent depuis déjà plusieurs années.

"Réenchanter les Champs-Elysées". C’est le projet ambitieux de transformation urbaine de l’avenue du VIIIème arrondissement, aménagée en 1670, engagé par ville de Paris. Il a été officiellement lancé ce mercredi 11 mai lors d’une conférence de presse.

L’objectif principal de ce projet urbain présenté par la maire Ps de Paris, Anne Hidalgo et Marc-Antoine Jamet, président du comité Champs-Elysées : faire en sorte que les Parisiens, et les Franciliens en règle générale, reviennent sur l’avenue. Décrite habituellement comme la "plus belle du monde", elle est boudée par les Parisiens depuis plusieurs années. Ces derniers ne représenteraient que 5% de sa fréquentation en ce qui concerne la simple promenade. Selon une étude IFOP datant de 2019, 39 % des Parisiens déclarent en avoir une "mauvaise image", dont les principales caractéristiques sont selon eux d’être "touristiques", "bruyants", "artificiels" et  "stressants".

Plus d'arbres, moins de voitures

C’est ce désamour pour l’avenue des Champs-Elysées qui a poussé la Ville à lui offrir une certaine métamorphose. L’idée est simple : plus d’arbres et d’espaces verts, moins de voitures sur l’avenue, et notamment sur la place de l’étoile avec un grand espace dédié aux piétons. "Sur l'Arc de Triomphe, ce que nous allons faire, c'est un agrandissement de l'anneau" piéton entourant le monument, a expliqué Anne Hidalgo.

"Tenir compte du changement climatique et du défi du siècle, ça veut dire agir sur deux leviers : planter des arbres et réduire le trafic automobile qui est la cause de la pollution automobile, et donc de (…) la première cause de mortalité", expliquait ce mercredi Anne Hidalgo lors de la conférence de presse.

La réduction du trafic motorisé, cheval de bataille de la maire et sujet sensible politiquement, ne concerne pour l'heure pas l'avenue elle-même, qui compte dans chaque sens deux voies de circulation automobile et une voie de bus et taxis.
Sur ce sujet, "la maire a accepté (...) de discuter, de négocier, je sais qu'elle a ses opinions, nous avons les nôtres", a assuré Marc-Antoine Jamet, président du comité Champs-Elysées

Avant et après 2024

La transformation de l’avenue se déroulera en deux temps. Il y aura un avant et un après 2024, une année charnière pour la capitale qui accueillera les Jeux olympiques et paralympiques.

Jusqu’en 2024 seront entrepris des travaux d’embellissements, de végétalisation et de réparation. L'objectif est d'"améliorer la promenade pour les Parisiens et les visiteurs en embellissant l’avenue et en révélant les jardins extraordinaires des Champs-Élysées", mais aussi de "préfigurer, avant 2024, la future transformation de l’Avenue", indique la Ville dans un communiqué.

Sur Twitter, la maire de Paris a indiqué que "d’ici 2024, nous embellirons la plus belle avenue du monde en l'adaptant aux nouveaux défis et en la rendant aux Parisiens et à tous ceux qui aiment notre ville". Elle a également relayé les détails du projet de transformation de l'avenue.

Le communiqué de la ville ajoute que "dans le même calendrier", le Comité des Champs-Elysées "définira avec le concours de la Ville un projet de charte visant à̀ l’harmonisation esthétique des terrasses et contre-terrasses de l’Avenue d’ici 2024". L'harmonisation des terrasses est en effet l'autre grande cause du projet.

Le but est de relancer l’activité économique, freinée notamment par le mouvement des Gilets jaunes. "Il est essentiel pour l’ensemble des enseignes présentes sur cette avenue de faire revenir les parisiens. Il faut leur donner envie de revenir", nous confie de son côté le Premier adjoint (PS) à la maire de Paris Emmanuel Grégoire.

Il est essentiel pour l’ensemble des enseignes présentes sur cette avenue de faire revenir les parisiens. Il faut leur donner envie de revenir.

Emmanuel Grégoire, premier adjoint mairie de Paris

Anne Hidalgo indique que la Ville procédera aux rénovations des "pieds d'arbres qui seront végétalisés. L'ensemble du mobilier urbain sera également restauré. La piétonisation le dimanche sera étendue aux jardins". Elle indique également que les jardins seront rénovés "d’ici 2024" avec "plus de 15 000 m² de nouvelles plantations, 7 000 m² de routes transformées en allées de jardins et plus de 100 nouveaux arbres".

Après les JO de 2024 - et au-delà de 2025 -, la Ville réalisera "un réaménagement d’ensemble de l’Avenue en y incluant les places de la Concorde et de l’Etoile, les jardins des Champs-Elysées, l’avenue Montaigne et l’avenue de la Grande Armée, mais aussi les connexions à la Seine et les souterrains, tunnels et sous-sols", indique le communiqué de la mairie de Paris.

Côté budget, la mairie doit engager, d'ici 2024, 26 millions d'euros pour l'ensemble des travaux, auxquels s'ajouteront 6 millions de la Solidéo (société de livraison des ouvrages olympiques) pour les sites concernés par les Jeux, à savoir la Place de la Concorde et le Grand Palais.

Consultation en ligne

Dans une consultation menée au mois de juin 2020 - soit quelques jours avant le second tour des élections municipales de la même année -, près de 100 000 Franciliens et Parisiens ont plébiscité en majorité une végétalisation de l’avenue des Champs-Elysées.

Les votants avaient également demandé un meilleur encadrement des différents moyens de transports.