Des interpellations en banlieue parisienne lors d'une opération antiterroriste

Alors qu'elle se rendait à son lycée, une adolescente a été enlevée mardi 20 mars à Goussainville (Val-d'Oise) / © /MAXPPP
Alors qu'elle se rendait à son lycée, une adolescente a été enlevée mardi 20 mars à Goussainville (Val-d'Oise) / © /MAXPPP

Neuf personnes ont été interpellées mardi matin, en France, dans le cadre d'une opération anti-terroriste. Cette opération a eu lieu en banlieue parisienne et dans les Alpes-Maritimes. Un dixième suspect a été interpellé en Suisse.

Par France 3 Paris IDF/ET

Neuf personnes ont été interpellées mardi matin, en France, dans le cadre d'un coup de filet antiterroriste. Un dixième suspect a été interpellé en Suisse. Cette opération s'inscrit dans le cadre d'une enquête ouverte pour "association de malfaiteurs terroriste, en juillet dernier". Le point sur ce que l'on sait...
Opération antiterroriste en banlieue parisienne : 10 personnes interpellées

Des opérations de police en France et en Suisse

Le parquet de Paris a confirmé à France 3 Paris Île-de-France que des opérations de police étaient en cours mardi matin. En France, l'opération de police a eu lieu  en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marnedans les Alpes-Maritimes et dans les Bouches-du-Rhône. 

Ce sont les policiers de la sous-direction antiterroriste, de la direction interrégionale de la PJ de Marseille, de la direction générale de la sécurité intérieure qui sont intervenus. Les hommes du Raid sont également intervenus en soutien.

Qui sont les suspects ?

Les neuf suspects arrêtés en France sont âgés de 18 à 65 ans, et sont majoritairement connus des services de renseignement.

Des "actions violentes aux contours mal définis"

Une information judiciaire a été ouverte le 19 juillet dernier pour "association de malfaiteurs terroriste et provocation directe à la commission d'un acte de terrorisme par un moyen de communication au public en ligne", a-t-on appris de source judiciaire. Les investigations, menées par la SDAT, la DGSI et les autorités suisses, ont permis d'identifier un individu en Suisse, "qui avait une activité particulièrement soutenue sur les réseaux sociaux".

Ce dernier avait des contacts avec des individus demeurant en France, "avec qui il évoquait notamment des actions violentes aux contours mal définis à ce stade". Les auditions et les perquisitions visent à préciser l'étendu des projets nourris par les suspects.

A lire aussi

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus