Paris : manifestation de motards contre le stationnement payant des deux-roues

La Fédération Française des Motards en Colère Paris Petite Couronne (FFMC PPC) organise ce samedi à Paris une manifestation, pour appeler à maintenir le stationnement gratuit pour les conducteurs de deux-roues motorisés dans la capitale.

Le cortège de motards, ce samedi 6 février à Paris.
Le cortège de motards, ce samedi 6 février à Paris. © ALAIN JOCARD / AFP

"On se mobilise à Paris mais on est solidaires des motards partout en France". La Fédération Française des Motards en Colère Paris Petite Couronne (FFMC PPC) organise ce samedi 6 février une nouvelle action, à partir de 14h sur l’avenue Foch (Porte Dauphine). Ces motards s’opposent à l’expérimentation de stationnement payant visant les motos et scooters sur la voirie, porté par la maire du IXe Delphine Bürkli.

"On ne manifeste pas parce qu’on n’a pas envie de payer, explique Jean-Marc Belotti, coordinateur de la FFMC PPC, à France 3 PIDF, mettant en avant plusieurs arguments. On parle beaucoup d’écologie et de mobilité… Justement, les deux-roues motorisés apportent de vrais avantages, une vraie plus-value. On ne roule pas au diesel mais à l’essence, en consommant en moyenne 5 litres au 100."

Certains élus affirment que les motos devraient payer, parce qu’on occupe l’espace public, comme les autres véhicules... En poussant le raisonnement, pourquoi pas faire aussi payer les vélos ? Ça serait absurde.

Jean-Marc Belotti, coordinateur de la FFMC PPC

"Et un deux-roues prend moins de place sur l’espace qu’une voiture, poursuit Jean-Marc Belotti. C’est le cas en terme d’occupation des places disponibles sur le véhicule, mais aussi pour le stationnement : on peut garer quatre motos sur une place de voiture." D’après lui, les motos permettent de fluidifier le trafic : "Pour parcourir la même distance, un deux-roues reste moins longtemps en circulation, en évitant les bouchons. Ça permet aussi de désengorger les transports en commun."

"Il faut penser à tous les gens qui viennent de banlieue pour travailler à Paris"

"Certains élus affirment que les motos devraient payer, parce qu’on occupe l’espace public, comme les autres véhicules, ajoute le coordinateur. Alors qu’on participe déjà par nos impôts. Et en poussant le raisonnement, pourquoi pas faire aussi payer les vélos ? Ça serait absurde. D’ailleurs, les motos demandent même moins d’infrastructures que les vélos, juste de la peinture au sol." Et selon le motard, "il faut penser à tous les gens qui viennent de banlieue pour travailler à Paris".

Mi-décembre, Jean-Marc Belotti avait remis à David Belliard, adjoint à la maire de Paris, chargé de la Transformation de l’espace public, de la mobilité et des transports, une pétition avec plus de 20 000 signatures. Aujourd’hui, deux villes en Île-de-France ont déjà mis en place le stationnement payant : Vincennes et Charenton.

A noter qu’en raison de du couvre-feu à 18h, les organisateurs invitent les manifestants à "bien tenir compte du temps de trajet" nécessaire pour rentrer chez eux. L’action doit se terminer vers 17 heures devant l'Hôtel de ville de Paris.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social moto auto-moto