Quand certaines discothèques parisiennes se transforment en bars et restaurants pour rouvrir leurs portes

Depuis le week-end dernier, au moins deux établissements de la capitale ont accueilli leurs clientèles, mais à des heures différentes et avec certaines restrictions.

Les établissements ont l'obligation de fermer à 2 heures du matin.
Les établissements ont l'obligation de fermer à 2 heures du matin. © IP3 PRESS/MAXPPP
Une simple affaire de lettres ? Le 2 juin dernier, les bars et restaurants parisiens ont pu rouvrir leurs portes dès minuit. La réglementation autorise ainsi les établissements de type N à accueillir des clients. Les boîtes de nuit avec piste de danse et bar classées en type P n’ont, elles pas cette autorisation. Alors pour pallier l’obstacle, certaines ont décidé de muter et de demander à être classées en structures de type N. C’est le cas de The Key.

"C’est déclaratif. On demande à la préfecture de police et ils enregistrent. On déclare renoncer à notre licence P pour se conformer aux règlements plus légers d’un type N. J’ai rouvert samedi dernier. J’ai obtenu l’autorisation le vendredi", explique le patron de la discothèque, Alexis Blas. Depuis le confinement, son établissement tournait à l’arrêt. Alors plutôt que rester fermé, il a décidé de s’adapter. "Il faut respecter la tendance et savoir se réinventer. Je ne vois pas d’inconvénients à le faire", explique le gérant qui grâce à cette décision pense pouvoir compenser les pertes provoquées par la crise du coronavirus. "Je vois de l’espoir de générer des bénéfices sur une période moyenne de sept, huit mois. On devrait pouvoir gagner ¼ de ce qu’on gagne normalement", indique-t-il.

Mais The Key doit respecter des règles strictes érigées notamment par la préfecture de police de Paris. Fermeture à 2 heures du matin, port du masque pour se déplacer, interdiction de danser entre autres. Pour faire respecter ces dispositions, Alexis Blas a alors interdit l’accès à la piste de son club : "J’ai matérialisé autre chose à la place. Les gens sont soumis à rester à leurs tables. Mais ils peuvent danser par groupe de 10 de manière ponctuelle, à leurs tables".

Des contrôles de police

Les clients, eux, semblent s’accommoder de la situation. "Je pensais que les gens ne s’adapteraient pas, confesse Alexis Blas. Ce sont des habitués qui viennent. Ils ont les mêmes attentes que quand ils vont en boîte. Ils sont un peu déçus, mais ils comprennent. Ils sont intelligents. C’est moins dur que ce que je pensais".

À Paris, d’autres établissements ont rouvert leurs portes, comme Le Raspoutine (8e) qui n’a pas répondu à nos sollicitations. La préfecture de police surveille attentivement la situation et organise des contrôles dans ces bars de nuit éphémères. Pourtant, certaines images diffusées le week-end dernier sur les réseaux sociaux ont fait polémique. On y voit plusieurs personnes danser, sans respecter les distanciations sociales. De quoi inquiéter l’Union des Métiers de l’Industrie de l’Hôtellerie (UMIH). "Ils savent le risque qu’ils prennent. On a contacté ces établissements. On ne veut pas jouer avec le feu là-dessus. La masse de gens que peuvent drainer les discothèques n’est pas comparable à ce que des bars à ambiance musicale et des restaurants de nuits peuvent accueillir", s’inquiète Jean-Marc Banquet d’Orx, président général de l’association en Ile-de-France.

On se met par rapport à la loi. On demande à ce que nos adhérents la respectent. Les discothèques changent de définition, mais ne doivent pas transgresser ce que la loi a mis en place.

Jean-Marc Banquet d'Orx, président général de l'UMIH Ile-de-France


Mais pour Alexis Blas, son établissement fait tout pour répondre aux règles de sécurité sanitaire. "On assure le respect le plus scrupuleux des gestes barrières pour rentrer dans les clous", affirme le patron de la discothèque qui se dit prêt à ouvrir en tant que bar de nuit tant que la situation perdura. L’UMIH entend alors discuter avec les propriétaires de boîtes: "On essaye de trouver des solutions qui permettent de garantir la protection du personnel et des clients. On ne veut pas jouer avec la santé des gens. On ne veut pas de cluster parisien qui vienne bloquer la situation avec un nouveau confinement".

Cet été, 221 établissements de nuit ont été mis en demeure et 15 fermetures administratives ont été ordonnées à Paris.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs tourisme économie