• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Rachida Dati (LR) critique la campagne de François Fillon et remâche sa déception

© Philippe Huguen/AFP Photos
© Philippe Huguen/AFP Photos

Rachida Dati, maire LR du 7ème arrondissement de Paris, affirme que le "cap" de la campagne de François Fillon conduit la droite "droit dans le mur", et fustigé sa "décision" d'investir Nathalie-Koscisuko Morizet dans la circonscription qu'elle même briguait pour les législatives.

Par Christian Meyze

"Il est urgent que François Fillon corrige le cap de sa campagne sinon on va droit dans le mur", déclare la député européenne, dans un entretien au Parisien, "nous sommes de nombreux élus à ne pas être écoutés, car il ne s'adresse pas à tous les Français".

Dans un entretien ou suinte sa rancoeur après la décision de François Fillon de choisir Nathalie Kosciusko-Morizet pour lui succéder dans sa circonscription du 7ème arrondissement de Paris plutôt qu'elle même, elle précise : "La première décision de François Fillon n'est donc pas de revoir la réforme de la Sécurité sociale, mais de nommer Nathalie Kosciusko-Morizet. Voilà une drôle de personnalité qui va d'échec en échec, de parachutage en parachutage, de trahison en trahison (...) et c'est cette personne qu'il récompense".
Et l'ancienne Garde des Sceaux de François Fillon ajoute sur le même ton "Mais le plus scandaleux, c'est la méthode: samedi, (...) le conseil national LR a voté à l'unanimité l'investiture de NKM dans la 11e circonscription de Paris. Et mardi, en catimini, sur ordre de je ne sais qui, elle est investie dans la 2e circonscription de Paris, car plus facilement gagnable, sur le seul fait du prince".

Rachida Dati pilonne la campagne de François Fillon : "Remettre en cause la Sécurité sociale, revenir sur l'indemnisation des demandeurs d'emploi, travailler plus pour gagner moins, augmenter la TVA... où est le message d'espoir pour les classes moyennes? Si on continue comme ça, il ne faut pas exclure un second tour Macron - Le Pen. La percée d'Emmanuel Macron est un signal et un avertissement".

Sur le même sujet

Le bidonville de Nanterre : témoignages

Les + Lus