Réforme du bac : nouvelles mobilisations dans des lycées franciliens contre les épreuves E3C

Blocus des lycéens devant la Cité scolaire Honoré-de-Balzac à Paris pour protester contre la réforme Blanquer, le 3 février 2020. / © M.Prevost / France 3 Paris IDF
Blocus des lycéens devant la Cité scolaire Honoré-de-Balzac à Paris pour protester contre la réforme Blanquer, le 3 février 2020. / © M.Prevost / France 3 Paris IDF

Alors qu'une épreuve de mathématiques devait se tenir ce matin au lycée Honoré-de-Balzac à Paris, les élèves et professeurs bloquent l'accès au lycée. D'autres blocages sont en cours dans des établissements franciliens.

Par France 3 Paris IDF / VP avec M.Prévost

Poubelles et barrage filtrant devant les grilles de la Cité scolaire Honoré-de-Balzac située dans le 17 ème arrondissement de Paris. Seuls les collégiens et les élèves de classe prépa peuvent rentrer. Les lycéens protestent contre la réforme de l'examen du bac. Ce matin une épreuve de mathématiques devait avoir lieu pour les sections technologiques. Déjà la semaine dernière d'autres épreuves avaient été reportées.

Après un bref moment de bousculade à l'arrivée du proviseur, le blocus se déroule dans le calme. Des professeurs sont également présents et veillent à ce que tout se passe bien. Un professeur d'histoire-géographie déclare qu'au mois de décembre il n'a quasiment pas vu ses élèves et considère qu'ils ont manqué de préparation.
 

Mouvement de protestation dans les lycées franciliens

D'autres blocages étaient en cours ce matin à Savigny-sur-Orge (91) ou encore au lycée Michelet à Vanves (92).
 

Le lycée Maurice-Ravel à Paris, où quatre élèves ont été interpellés lors d'un blocus vendredi dernier, est toujours mobilisé. Les manifestants protestent contre cette réforme et sont venus en soutien à leur camarade qui avaient été placés en garde-à-vue au commissariat du 20ème arrondissement et y avaient passé une nuit sans que leurs parents ne soient informés.
 

Trois d'entre eux ont finalement été déférés devant le Parquet, ils sont poursuivis pour des dégradations et notamment un feu de poubelle. Ils devraient faire l'objet d'une mesure de réparation pénale.

A Paris toujours les syndicats enseignants relaient les différentes manifestations. Les professeurs refusent "la casse du bac". Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire,  estime, dans un communiqué, qu'il faut revenir d'urgence à des épreuves terminales en fin d'année, qui "garantissent aux élèves les conditions d'un bac national, garant de l'égalité
devant l'examen"
.
 
 
 

Des débordements autour des épreuves de contrôle continu

Cette nouvelle forumule du bac et ses épreuves de contrôle continu cristallisent de nombreuses tensions dans un contexte de contestation de réforme des retraites. Ces épreuves d'histoire-géo, de langues vivantes et de mathématiques pour la voie technologique s'échelonnent jusqu'en mars pour les élèves de première. Elles sont réparties en trois sessions sur les années de première et terminale et comptent pour 30% de la note finale. 

Certains dérapages ont déjà eu lieu dans quelques établissements scolaires. Au lycée Montaigne à Paris, l'équipe éducative a été aspergée avec des extincteurs à poudre devant la porte d'entrée de l'établissement par des personnes encagoulées, selon des sources concordantes. En Seine-et-Marne, une lycéenne manifestante de Jehan-de-Chelles s'en est prise physiquement à son proviseur, ce qui a entraîné un retard au début des épreuves.







 

Sur le même sujet

Les + Lus