Replongez dans l'histoire en photos à l'exposition “Raymond Depardon : 1962/1963 photographe militaire”

Arrivée des soldats en formation à l’école du Roc, Chamonix-Mont-Blanc, juillet 1962.
Arrivée des soldats en formation à l’école du Roc, Chamonix-Mont-Blanc, juillet 1962.

Reconnu pour ses réalisations photographiques, son oeuvre cinématographique et ses ouvrages, Raymond Depardon est un artiste passionant. Redécouvrez ses créations actuellement au Musée du Service de santé des armées – École du Val-de-Grâce

Par Véronique Borel

Il s'agit d'un véritable voyage dans le temps. L'exposition "Raymond Depardon : 1962/1963, photographe militaire" propose un contenu original rempli d'histoire composé de photographies jamais vues depuis leur apparition dans le magazine TAM (Terre Air Mer) entre 1962 et 1963. Les créations photographiques du service militaire de Raymond Depardon avaient un usage uniquement documentaire pour la presse. Lorsqu'elles sont publiées dans le magazine, les images sont retourchées, recadrées et conservent leur forme originelle de matrice. Beaucoup de séances de travail ont été menées par Raymond Depardon et les commissaires de l'exposition pour obtenir le meilleur équilibre entre procédé, tonalité ou encore résolution, le tout adapté à deux endroits exceptionnels. 
 

Replongez dans l'histoire en photos à l'exposition "Raymond Depardon : 1962/1963 photographe militaire"

 

Depardon par TAM, TAM par Depardon

Raymond Depardon maîtrise tous les registres de la photographie et s'adapte en permanence dans n'importe quel contexte, climatique ou physique. Le second mouvement de l'exposition illustre la palette d'action du photographe : paysage, portrait, photographie d'ambiance ou sportive. Depardon par TAM c'est à travers des choix de photographies, une opération de séduction de la communication militaire, avant-gardiste et professionnelle. Depardon vagabonde avec son appareil photographique et laisse s'épanouir ses tropismes. De ses talents cinématographiques, il offre un témoignage documentaire nostalgique et émouvant. 

"Ayez le réflexe d'arrêter la vie où elle peut se trouver"

Citation de "l'oeil photographique" de Raymond Depardon, TAM n°21, 1-15 juin 1963, p 57-59.

Replongez dans l'histoire en photos à l'exposition "Raymond Depardon : 1962/1963 photographe militaire"

Raymond Depardon, la naissance d'un regard

Né en 1942 dans une famille de cultivateurs, il commence la photographie grâce à son père qui lui offre un appareil 6x6 d'occasion. Ce dernier le fait engager comme apprenti dans une boutique de photo-opticien à Villefranche-sur-Saône, sa ville natale. En 1960, Raymond Depardon, rentre à l'agence Dalmas, une agence qui imposera ses photographes prêts pour tout scoop. Il photographie des stars de l'époque comme Edith Piaf ou Brigitte Bardot ainsi que les faits divers ou encore le sport. Il est envoyé à l'étranger, notamment en Afrique pour suivre la mission SOS Sahara et assiste au sauvetage d'un groupe d'appelés perdus, sans eau et dans le désert. Dix photos sont publiées le 3 septembre 1960 dans Paris Match et son nom apparaît dans une revue pour la première fois. En 1962, il est affecté à la rédaction parisienne de TAM avec le grade de brigadier et est libéré de ses obligations militaires en 1963. Un an plus tard, il couvre la guerre du Vietnam et publie ses photos dans le New York Times. Par la suite, il ira couvrir de nombreux événements avec d'autres réalisations photographies mais aussi avec des documentaires notamment celui sur la campagne présidentielle et victorieuse de Valéry Giscard d'Estaing en 1974. 
 
Replongez dans l'histoire en photos à l'exposition "Raymond Depardon : 1962/1963 photographe militaire"

 

Raymond Depardon : 1962/1963 photographe militaire

Actuellement en exposition jusqu'au 30 janvier 2020 
Musée du Service de Santé des Armées - Ecole du Val-de-Grâce
1 place Alphonse Laveran
Paris Vème
Métro : Censier-Daubenton (ligne 7) ou Saint-Jacques (ligne 6)
Ouverture : du mardi au jeudi et le week-end de 12h à 18h. 

Sur le même sujet

Sarcelles - Violences au lycée de la Tourelle, les enseignants maintiennent leur droit de retrait

Les + Lus