Cet article date de plus de 7 ans

Tour Montparnasse: l'expertise confirme que de l'amiante a été véhiculée par les gaines d'aération

Au mois d'août 2013, les seuils tolérés pour la présence d'amiante ont été dépassés à plusieurs reprises à l'intérieur de la Tour Montparnasse. Une situation qui avait conduit la préfecture à prendre un arrêté. L'expert mandaté vient de rendre son rapport.  
La tour Montparnasse
La tour Montparnasse © AFP / Joel Saget
Les gaines d'aération et les gaines techniques situées dans la Tour Montparnasse ont véhiculé de l'amiante au sein du bâtiment, où des dépassements répétés des seuils de pollution ont été enregistrés, indique un rapport d'expert dont l'AFP a obtenu copie. "Au regard des éléments étudiés sur les pollutions récentes et sur des pollutions plus anciennes affectant la Tour, je peux conclure que les gaines constituent selon leur nature une source d'émission et une cause des transferts de pollutions", indique l'expert mandaté à la suite d'un arrêté préfectoral pris au mois d'août après des dépassements dans cette "note d'étape" avant son rapport définitif.

Reportage de Nadia Lacroix et Virginie Delahautemaison 
durée de la vidéo: 01 min 52
La Tour Montparnasse et l'amiante


"Les dépassements de seuil étudiés lors de travaux à proximité de gaines d'air vertical mettent en évidence une pollution dispersée sur plusieurs niveaux tandis que la dispersion lors de travaux sur des gaines techniques se limite au niveau supérieur limitrophe de la zone de travail", ajoute l'expert.
Il indique que les gaines d'aération sont un "vecteur de transfert" de "fibres d'amiante vers des locaux situés dans d'autres niveaux", tandis que les gaines techniques (qui contiennent les câbles électriques, téléphoniques...) sont à la fois "source d'émission et vecteur de transfert" de particules d'amiante.
L'expertise avait été réclamée par arrêté préfectoral le 13 août, après des dépassements répétés des normes relatives à l'amiante, sept ans après le début du désamiantage de cet édifice emblématique de Paris. Les inspecteurs ont ainsi relevé au moins 72 dépassements du seuil réglementaire de 5 fibres par litre depuis novembre 2009, la plus haute valeur atteignant 98 fibres par litre. Selon la note d'expert, "depuis le début des opérations d'expertise de nouveaux dépassements de seuils ont été relevés en août, en octobre puis en novembre" dans un parking.

Dans un communiqué, les copropriétaires de la Tour évoquent de leur côté une note d'étape "rassurante" qui "confirme l'absence de toute pollution par l'amiante dans la Tour". "Quelques-unes des gaines techniques permettant l'arrivée dans les étages de l'électricité et de la plomberie par exemple, contiennent minoritairement de l'amiante sous contrôle en attendant de pouvoir être traitée", indiquent-ils, soulignant respecter "tous les termes de l'arrêté préfectoral du 13 août".

Le dossier de l'amiante avait terni à l'automne le 40e anniversaire de la Tour.

Une information judiciaire a été ouverte le 4 octobre par le parquet de Paris, notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui", deux magistrats spécialisés dans les questions de santé publique ayant été désignés pour instruire.

Isolant utilisé dans le bâtiment, l'amiante, cancérigène, pourrait provoquer, selon les autorités sanitaires, quelque 100.000 décès d'ici à 2025.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé architecture et urbanisme