Tourisme : à Paris, la fréquentation "retrouve son niveau de 2019 pour ce week-end de Pâques"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elie Saïkali avec Radio France

Invité de franceinfo ce samedi, le président de l'Umih Ile-de-France Franck Delvau se réjouit de voir les touristes revenir dans la capitale.

Aux pieds de la tour Eiffel, dans un parc, ou dans un bateau mouche voguant sur la Seine, les touristes étrangers sont de retour à Paris. Ils sont nombreux à avoir choisi la capitale pour destination en ce week-end de Pâques.

"Il y a vraiment un pic dans Paris intra-muros, il y a beaucoup, beaucoup de touristes dans la capitale", se réjouit Frank Delvau, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) Paris Ile-de-France.

Invité de franceinfo ce samedi, il précise que les touristes sont "quatre à cinq fois" plus nombreux par rapport à la même période l’an dernier. Le 6 avril 2021, après le lundi de Pâques, un reconfinement était entré en vigueur en France.

Des touristes européens pour la plupart

Selon Frank Delvau, la fréquentation touristique à Paris "retrouve son niveau de 2019 pour ce week-end de Pâques", avant la crise du Covid-19. Il souligne que "l’Ile-de-France est la région qui a perdu le plus de touristes en 2020 et 2021". Cet afflux de touristes lui fait "donc vraiment plaisir de voir des queues devant certains musées et monuments parisiens, de voir du monde, avec ce magnifique soleil au Trocadéro, aux Tuileries, à la Tour Eiffel ou au Louvre".

Les touristes présents dans la capitale ce week-end sont originaires pour la plupart de pays européens, selon le président de l’Umih Paris Ile-de-France : "on entend parler anglais, allemand, italien, espagnol". En revanche, les touristes extra-européens sont moins nombreux. "Les Chinois sont bloqués avec le Covid chez eux, ils ne reviendront pas tout de suite. La guerre en Ukraine freine un peu les Américains", explique Frank Delvau.

Il estime néanmoins que la guerre en Ukraine a des conséquences limitées pour les hôteliers. "Évidemment, on n'a pas de touristes russes. Mais les Russes, 400 000 touristes en France. Ce n'est pas le bataillon le plus important, si j'ose dire".