Un trafic en baisse dans les aéroports de Paris, affectés par les grèves

Le trafic des aéroports parisiens Paris-Charles de Gaulle et Orly a enregistré une baisse de 1,2% en avril, reculant pour les vols avec l'Europe
et plus particulièrement la France en raison des mouvements sociaux à Air France, a annoncé mercredi leur gestionnaire Groupe ADP.

Au total, les deux aéroports parisiens ont accueilli 8,7 millions de passagers, dont 5,8 millions à Paris-Charles de Gaulle, en baisse de 3,5% par rapport à la même période en 2017, et 3 millions à Orly (+3,6%), selon un communiqué du groupe.

"Le trafic du mois d'avril 2018 a été impacté par des mouvements sociaux: la perte de trafic pour Paris Aéroport est estimée à environ 400.000 passagers", a précisé le gestionnaire.

400 000 passagers

Une intersyndicale de la compagnie aérienne Air France a lancé le 22 février un mouvement pour réclamer des revalorisations des salaires. En avril, le personnel du groupe a observé 7 jours de grève. Le trafic international (hors Europe) affiche une légère progression de 0,6%, profitant d'une croissance sur les lignes DOM-COM départements et collectivités d'outre mer, +11,9%), Moyen-Orient (+4%), Afrique (+1,5%) et Asie-Pacifique (+1,2%).

En revanche, les lignes Amérique latine et Amérique du Nord reculent respectivement de 9% et de 4,2%. Le trafic Europe (hors France) est en diminution de 1,2% et celui de la France a reculé de 5,7%. Le trafic de TAV Airports, dont le Groupe ADP détient 46,1% du capital, a augmenté de 13,2% et celui de l'aéroport de Santiago du Chili, dont le Groupe ADP détient 45% du capital, de 2,8%. 
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité