Cet article date de plus de 7 ans

Un Parisien condamné pour avoir sous-loué une chambre de son appartement via Airbnb

C'est une première. Un Parisien, qui avait sous-loué une chambre de son appartement en passant par le site spécialisé Airbnb, à été condamné de verser une amende de 2000€ à son propriétaire. 
2000 euros de dommages et intérêts. Voilà l'amende qu'un locataire parisien, qui avait sous-loué une chambre de son appartement à Paris via le site Airbnb, a du payer à son propriétaire.

Airbnb, vous connaissez sans doute : c'est le site internet imaginé et lancé aux Etats-Unis en 2008 permettant aux particuliers du monde entier de proposer leur appartement ou leur maison en location, pour quelques jours ou quelques mois, à un prix qu'ils auront fixé eux même. 

Mais voilà : il y a des règles à respecter. Et  un locataire parisien l'a appris à ses dépends. Ayant mis en sous-location une chambre de son appartement, en début d'année, il a été poursuivi en justice par son propriétaire qui l'a accusé d’avoir manqué à ses obligations et de s’être enrichi par ce contrat de sous-location. Et le tribunal à tranché : un locataire doit avoir l'accord de son bailleur pour entreprendre une telle démarche et ne peux en aucun cas se faire de l'argent dans le cadre d'une sois-location.

Dans les litiges liés à des sous-locations, jamais le nom d’un site n’avait été clairement cité. Cette décision qui date du 13 février dernier et qui a été révélée par LeMonde.fr risque de retenir l’attention des hébergeurs, à la recherche de compléments de revenus, sur les pièges qui les guettent sur ces plateformes en vogue qui vantent la facilité et la rapidité de mise en location d’un logement. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme