• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Le Real rappelle qui est “champion” - La presse française doute d'Unai Emery

© Gabriel Bouys/AFP Photos
© Gabriel Bouys/AFP Photos

L'affiche a tenu toutes ses promesses, et même au delà ! Mais le roi n'est pas tombé de son trône: le Real Madrid a livré un match époustouflant face au PSG. Le Real a rappelé quelle équipe il est. Et côté français, la presse, ce mercredi, se met à douter ... de l'entraîneur parisien

Par Christian Meyze

"On a montré que le Real Madrid n'est jamais mort", s'est réjoui Sergio Ramos, défenseur et capitaine du Real Madrid, au micro de beIN Sports, la chaîne qui avait acheté les droits de retransmission. 

"C'est énervant, car on répète toujours les mêmes choses mais on se fait encore avoir. C'est facile de mettre beaucoup de buts à Dijon, en championnat, mais c'est dans ces matches-là qu'il faut être bon", s'est désolé Rabiot sur la même chaîne.

Ces deux phrases, de part et d'autre, résument exactement le sentiment que l'on a au sortir de ce match. Du reste, elles résument le match en quelques mots.
Dès les premières minutes, le ton de ce duel spectaculaire était donné: l'affrontement entre le "champion" et l'"aspirant", selon les mots de la presse espagnole, a débuté par une bordée de sifflets à l'encontre des ex-Barcelonais, Neymar et Dani Alves, un pressing très haut du Real et quelques fautes vicieuses pour bien chauffer le stade Santiago Bernabeu, plein comme un oeuf.


Et maintenant ?

Alors, après cette mise au point magistrale du Real, sorte de rappel de ce qu'est l'ordre des choses, que peut-il se passer ? Pour le PSG, faut-il encore y croire ?

La presse française se veut néanmoins confiante quant à la qualification du PSG pour les quarts de finale en dépit de ce 3-1 qui semble tout de même sans appel.

"Avec ce but à l'extérieur si précieux dans le décompte final, Paris peut encore espérer", assurent les Dernières Nouvelles d'Alsace. "Même si l'addition est finalement dure à accepter pour le PSG compte tenu du scénario, un exploit au retour n'est pas à exclure", affirme de son côté Ouest-France. "Ce n'est pas fini", titre L'Equipe pour qui "le PSG peut encore rêver d'une qualification. Mais il devra réaliser le match parfait" le 6 mars


Unai Emery dans le viseur

Mais c'est évidemment vers le coach parisien que se tournent les regards. Des regards de plus en plus accusateurs. La presse française s'attarde sur la composition de l'équipe d'Unai Emery et les changements effectués par l'entraîneur en cours de partie, qui n'ont pas convaincu.

"L'avenir dira comment le vestiaire réagit suite à ce choix tactique de laisser le capitaine Thiago Silva sur la touche... En tout cas, Unai Emery n'a pas trouvé les clés pour permettre au PSG d'avoir la sérénité nécessaire pour résister en fin de partie", commente Christophe Remise, dans Le Figaro.

Dominique Sévérac , dans Le Parisien, déplore "un coaching totalement inepte en cours de match" et n'hésite pas à écrire "rouvrons le procès Unai Emery".

"Les jours qui viennent vont être agités pour Unai Emery", prévient Vincent Duluc, dans L'Equipe.

Sur le même sujet

L'Artichaut, Joey Starr par Karin Viard

Les + Lus