Relaxation, méditation... Les applis et les réseaux sociaux pour “déconnecter”

© CC0 Creative Commons
© CC0 Creative Commons

Pour méditer et se détendre dans l'agitation des villes, pas besoin de prendre un cours de yoga. Sur les smartphones et les écrans d'ordinateur, en général, il existe des applications pour se relaxer. On en passe en revue quelques-unes, dans 9 heures 50 le matin.

Par France 3 Paris IDF/ET

Comment méditer et se relaxer, dans le métro, tout en restant connecté ? Étonnant paradoxe que proposent de surmonter chaînes YouTube et applications, sur nos smartphones ou nos ordinateurs.

Dans l’agitation des villes, dans les transports en commun, dans notre société où tout va très vite, le besoin de méditer, de se recentrer sur l'essentiel se fait sentir. Du coup, sur le réseau social vidéo, de nombreuses chaînes consacrées à la méditation proposent leurs services : des explications sur ce qu'est la méditation, des exercices pour apprendre à respirer...

Le but n'est pas de changer cette respiration. Simplement de la ressentir

Sur ce réseau social, la chaîne du psychothérapeute parisien Benjamin Lubszynski compte ainsi plus de 120.000 abonnés. On y trouve des conseils pour apprendre à méditer. Dans une vidéo, vue plus de 50.000 fois, le psychothérapeute invite l'internaute à "fermer les yeux, et à porter (son) attention sur la respiration". "Le but n'est pas de changer cette respiration. Simplement de la ressentir", explique-t-il.
 

Musique tibétaine et flûte traversière

Des contenus comme celui-ci, il y en a pas mal, notamment sur la plateforme de vidéos. Des centaines et des centaines… De la musique tibétaine à la petite flûte traversière, et des illustrations parfois kitch à la clé.

Plus spécialement, pour les mobiles, on trouve aussi des applications, comme Petit Bambou, une start up de la région de Lille qui cartonne. Là aussi, des milliers de vues pour chaque vidéo. C’est pratique, ça s’utilise le temps d’un trajet dans le métro, par exemple.

Tout cela n’est bien sûr pas totalement gratuit. Passées les premières minutes offertes de lâcher-prise, on demande la carte bancaire. Soit sept euros par mois, et 60 euros par an. Mais pour se relaxer, si on levait tout simplement les yeux de son écran ?
 

Sur le même sujet

Réouverture Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Les + Lus