Festival PULP : les dessinatrices à l'honneur à la Ferme du Buisson à Noisiel–Marne la Vallée

Rétrospective Posy Simmonds à la Ferme du Buisson - Noisiel / © Romain Darnaud - Ferme du Buisson festival Pulp
Rétrospective Posy Simmonds à la Ferme du Buisson - Noisiel / © Romain Darnaud - Ferme du Buisson festival Pulp

Un festival pour voir la bande dessinée autrement : ça se passe à la Ferme du Buisson à Noisiel en Seine et Marne (77). Au programme de la 6e édition de PULP : des expos, des rencontres et de belles découvertes au féminin pour des BD au croisement des arts.

Par Didier Morel

A la ferme du Buisson, les apparences sont trompeuses. Six ans déjà que le Festival PULP nous invite à entrer différemment dans les cases. Trois femmes, auteures de romans graphiques, sont invitées cette année : l'Anglaise Posy Simmonds, la Franco-Libanaise Lamia Ziadé et la Française Catherine Meurisse.

L'expo rétrospective d'une lady punk

La première, sous ses allures d'Anglaise bien sage, c'est une lady punk. Le festival propose une rétrospective de son œuvre depuis ses premiers dessins de presse jusqu'à son nouvel album Cassandra Darke chez Denoël Graphic. Entre arsenic et vieilles dentelles, vingt ans déjà que Posy Simmonds éclate les bulles de la BD traditionnelle.

Je crois que pour les puristes, ce que je fais n'est pas vraiment de la Bande Dessinée.

De la toile de Jouy au revers de la société anglaise, cette rétrospective invite à aller au-delà des façades. Reconnue pour ses albums adaptés au cinéma Gemma Bovery et Tamara Drew, Posy Simonds a inventé un style de roman graphique bien à elle, bien loin des archétypes de la Bande Dessinée franco-belge. L'accueil de ses albums en France l'a toujours beaucoup surprise.
Festival Pulp : une autre façon de découvrir la BD - Reportage de Didier Morel et Mathilde Brugière
"Mes livres sont un peu hybrides. C'est dû au fait qu'au départ mes deux premiers livres Gemma Bovery et Tamara Drew, étaient des commandes du journal The Guardian. Donc c'était lié aux contraintes du journal : raconter l'histoire en cent épisodes, le format choisi est un étrange format avec des colonnes de pages très bizarres."
Cassandra Darke, un conte de noël à la Dickens revisité à notre époque / © Posy Simmonds / Denoël Graphic
Cassandra Darke, un conte de noël à la Dickens revisité à notre époque / © Posy Simmonds / Denoël Graphic

Posy Simmonds se souvient : "Par ailleurs comme je n'avais droit qu'à cent épisodes, il fallait à tout prix que je remplisse les planches d'intrigues, donc c'était plus économique de rajouter de longs textes. Je devais toujours choisir entre les informations à faire passer par le texte et celles par les images. Les dessins sont très bien pour la mise en scène et les dialogues importants. J'aime aussi beaucoup rendre les moments de silence avec des planches sans bulle."
Pour son nouvel album Cassandra Darke, non pré-publié dans un journal, la dessinatrice a pu s'affranchir de toutes ces contraintes et retrouver une liberté dans le détail de ses dessins en particulier. Et cette toute première rétrospective en France de son oeuvre est accompagnée de la sortie d'un beau livre réussi du critique anglais de bande dessinée Paul Gravett : So British à découvrir chez Denoël Graphic.

Les astres de l'orient


Changement d'époque et de lieux. Des cabarets du Caire aux cinémas de Beyrouth, voici la version pour la scène du roman illustré de Lamia Ziadé, Ô nuits Ô mes Yeuxun des temps forts du festival. L'adaptation est signée Bachar Mar-Khalifé.

Je suis parti des chansons du roman graphique.

"Moi je suis musicien. Donc c'est pour ça qu'à partir du livre, j'ai construit avec Lamia Ziadé le déroulé de ce spectacle qui est basé surtout sur la musique du début à la fin."

Le résultat est inattendu, car ici la BD est placée au croisement des arts. Le pari est osé à nouveau pour cette 6e édition, selon le directeur de la Ferme du Buisson, Vincent Eches.

"La manière dont le rythme est créé dans la bande dessinée, on arrive à le recréer sur la scène. Pour ce qui est des expositions, on est dans quelque chose d'un peu différent. Au départ on était un peu dans des formes classiques d'expositions. Maintenant on est dans des expositions qui mettent en jeu le spectateur."

Des expos très immersives

Exposition D'après Nature - Catherine Meurisse / © Didier Morel
Exposition D'après Nature - Catherine Meurisse / © Didier Morel
Pour découvrir Les Grands Espaces de Catherine Meurisse, rendez-vous dans les écuries. Vous serez littéralement invités à entrer dans son nouvel album, une réussite. Après nous avoir fait partager dans son chef-d'oeuvre La Légèreté, sa reconstruction après le massacre de Charlie Hebdo auquel elle a échappé, la dessinatrice nous révèle avec délicatesse son enfance à la campagne et ses premiers crayonnés. Son univers graphique si singulier est magnifiquement rendu par la scénographie immersive.Dernier conseil : si vous êtes amateur de lithographies originales, vous pourrez visiter l'expo Empreintes graphiques, le 9e art en estampe et en acquérir pour un prix raisonnable, entre 10, 20 ou 50€.
Une presse de tirage de lithographie en action tout au long du festival - Exposition Empreintes Graphiques / © Kathy Degreef / MEL publisher
Une presse de tirage de lithographie en action tout au long du festival - Exposition Empreintes Graphiques / © Kathy Degreef / MEL publisher

Tout au long du week-end (5 – 6 - 7 avril 2019) une presse est installée et un artisan réalisera en direct les lithos qui pourront être mises en couleur et dédicacées par les artistes. Au programme : Posy Simmonds bien sûr, mais aussi Edmond Baudoin, Nicolas de Crécy, Loustal, Hugues Micol, Loulou Picasso, David Prudhomme et Grégoire Solotareff.
 

Informations utiles :

Le Festival Pulp – La Ferme du Buisson à la Scène nationale de Marne-la Vallée à Noisiel (77) du 5 au 7 avril 2019
Les expositions sont ouvertes jusqu'au 28 avril
Réservation : 01 64 62 77 77

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les villes franciliennes dévoilent leurs œuvres d'art

Les + Lus