Des ossements humains découverts dans le jardin d'un couple. La fin d'une enquête sur la disparition mystérieuse d'un enfant ?

Cette découverte a été faite dans le cadre d'une enquête pour un meurtre d'enfant commis en 2004 à Pantin en Seine-Saint-Denis. Le couple qui habitait le pavillon à l'époque a été mis en examen et écroué. Retour sur cette mystérieuse disparition.

Dans le cadre d'une enquête menée par la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis, sur une disparition d'enfant vieille de 20 ans, des fouilles ont été menées dans le jardin d'une maison de Pantin, là où résidait un couple à l'époque des faits.

Les recherches "ont permis de découvrir des ossements humains", a indiqué le parquet de Bobigny. Des expertises doivent désormais établir si ces ossements, qui seraient restés une vingtaine d'années sous terre, sont bien ceux de l'enfant et si l'ADN correspond à au moins l'un des parents. Mais selon le médecin légiste "il s'agit bien d'ossements d'un enfant susceptibles de correspondre à la tranche d'âge de la victime", précise ce vendredi, Eric Mathais, procureur de la République.

Le couple, un homme âgé de 65 ans et une femme de 54 ans ont été mis en examen pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans et écroués. Au cours des auditions, l'homme a accusé son ex-épouse d'être à l'origine du décès du garçon.

Une disparition mystérieuse 

Cette affaire singulière débute en janvier 2021 lorsque, au détour d'une plainte pour violences conjugales contre son mari, une mère de famille nombreuse indique que celui-ci aurait tué en 2004 son fils de 5 ans qu'elle avait ramené du Togo. Selon le parquet de Bobigny, à l'époque "la femme n'a pas dénoncé les faits et a menti à son entourage, en indiquant que l'enfant était reparti à l'étranger".

Une enquête préliminaire est alors ouverte pour tenter de déterminer l'existence de cet enfant fantôme et de retrouver un éventuel cadavre. Elle est confiée à la Sureté territoriale de Saint-Denis, explique le parquet dans un communiqué. "Des recherches étaient notamment effectuées auprès des services sociaux et de l'éducation nationale. Il apparaissait que l'enfant ne figurait pas sur le livret de famille et n'avait pas été scolarisé", écrit-il.

Des investigations ont également été effectuées mais en vain, auprès des ambassades des pays dans lesquelles aurait pu naître et vivre l'enfant. La seule trace de cet enfant est un acte de reconnaissance dressé à la mairie de Pantin en novembre 2020.

Le 31 août dernier, une information judiciaire avait été ouverte contre X pour meurtre sur mineur de 15 ans commis à Pantin entre novembre 2002 et décembre 2004, confirme le parquet de Bobigny.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité