Grève à Auchan : à Neuilly-sur-Marne, les salariés dénoncent "le mépris de la direction"

Alors que la CGT, la CFDT, FO et la CFTC appellent les salariés à la grève et demandent 5% d’augmentation de salaires, les employés de Neuilly-sur-Marne ont mené une opération de débrayage ce vendredi matin. Ils appellent à améliorer leurs conditions de travail.

Ils pointent du doigt "le mépris de la direction". Des salariés d’Auchan se sont rassemblés ce vendredi matin devant l’enseigne de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), dans le cadre d’une opération de débrayage. "On a arrêté de travailler de 9h jusqu’à midi. Une quarantaine de collègues participent au mouvement depuis la semaine dernière", explique Djallal Herkat, délégué syndical CFDT et élu CSE.

"On dénonce la pression chez Auchan, les salaires de misère, et surtout les conditions de travail. On a le turnover le plus élevé de France, entre 30% et 35% des salariés partent chaque année", poursuit-il.

"On continue le mouvement. La direction ne veut pas renégocier les salaires", déplore le délégué syndical.

"La direction affiche un mépris total"

"Une quinzaine de salariés étaient présents ce matin devant l’entrée du magasin", raconte Thomas Portes, député LFI de Seine-Saint-Denis, qui s’est rendu sur place en soutien au mouvement. "C’est important d’être à leurs côtés, pour les soutenir sur les questions salariales et le traitement injuste de la direction", explique-t-il.

"Les salariés se trouvent dans une situation financière extrêmement compliquée, alors qu’ils doivent faire face à l’inflation et au coût de la vie. La direction affiche un mépris total et refuse les propositions d’augmentations salariales des syndicats", poursuit l’élu.

"Le groupe Auchan est dirigé par la famille Mulliez, championne de l’évasion fiscale. Il y a de l’argent mais il n’est pas redistribué aux personnes essentielles pour le groupe, les salariés", dénonce le député.

Une mobilisation "historique" selon la CFDT

Contacté, le groupe Auchan indique que "les NAO (Négociations annuelles obligatoires) sont aujourd’hui achevées : à savoir 1,5% d’augmentation pour les employés et 1,2% pour les encadrants". "Ces nouvelles augmentations cumulées à celles appliquées depuis 2023 représentent une augmentation totale sur la période de plus de +8% (8,1%) pour les employés (+6,6% en 2023 et +1,5% en 2024) et + 6,7% pour nos encadrants (5,5% en 2023 + 1,2% en 2024)", poursuit le groupe.

"Ces mesures sont au-delà de l’inflation sur la période estimée à +6,4%. Elles placent aussi nos salaires minimum au-dessus du SMIC", affirme Auchan. Le groupe dit aussi "donner du pouvoir d’achat immédiat" à ses salariés via une "ristourne de 15% pour tous les collaborateurs" et "l'octroi de titres restaurant".

Les quatre syndicats de l’entreprise - la CGT, la CFDT, FO et la CFTC - appellent les salariés à la grève et demandent 5% d’augmentation de salaires, avec plusieurs magasins et entrepôts des Hauts-de-France perturbés dans le cadre d’une mobilisation nationale "historique" selon la CFDT. S'ils ne sont pas entendus, les syndicats n'excluent pas "un acte 4" plus fort, raconte franceinfo.