Aubervilliers : des jeunes réalisent leurs courts-métrages avec "Filme l'avenir"

Le dispositif permet à des jeunes talents de rencontrer des profesionnels de la réalisation.
Zein et ses camarades ont écrit leur film hier, et l'ont tourné ce jeudi
Zein et ses camarades ont écrit leur film hier, et l'ont tourné ce jeudi © France 3 Paris Ile-de-France
"N’exagère pas, mais je veux voir ton agacement. Là c’est mécanique encore". Zein est aux manettes ce jeudi matin. Avec trois camarades à lui, Usman, Joyanta et Ahassan, ce jeune habitant d’Aubervilliers dirige le tournage d’un court métrage de 90 secondes sur le thème de la solidarité. Epaulés par le réalisateur Achraf Ajraoui, les quatre amis participent au concours "Filme l’avenir", proposé par l’association "Les Amis(e) du Comedy Club", dont Jamel Debbouze est le président.

L’occasion de rentrer en contact avec des professionnels et de faire entendre leurs voix pour ces jeunes de quartiers populaires. Pendant deux jours, ils ont écrit, tourné, joué, réalisé et monté un court-métrage dans des ateliers pédagogiques soutenus par France Télévisions, le CNC, l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires et l’Oréal. Achraf Ajraoui les a accompagnés durant ces deux jours intenses. Au total, 11 membres de "Talents en Court au Comedy Club" guident les novices dans le concours.
Zein reçoit les conseils d'Achraf Ajraoui
Zein reçoit les conseils d'Achraf Ajraoui © France 3 Paris Ile-de-France

Des ateliers dans 12 villes

"Je les encadre à faire un film, à leur apprendre les bases de l’écriture scénaristique, faire une prépa assez rapide et tourner un film en 48 heures". Ces 26 et 27 août. Les ateliers étaient organisés à Aubervilliers. Mais "Filme l’avenir" fait le tour de France et va à la rencontre des jeunes de 11 autres villes de l’Hexagone. Une quinzaine de jeunes talents sont à chaque fois conviés à créer leurs court-métrages.

A la clé, une diffusion sur France TV Slash. Mais les jeunes réalisateurs et auteurs doivent respecter certaines contraintes pour concourir. Ainsi, les courts-métrages ne peuvent pas dépasser 90 secondes, et doivent traiter le thème de la solidarité. Le but : montrer une image positive des quartiers populaires. Les quatre camarades d’Aubervilliers se plient avec plaisir à l’exercice. "Ça représente l’occasion de montrer ce que l’on sait faire, explique Usman. 90 secondes, c’est déjà pas mal. Ça reste une bonne plateforme, un beau projet".
Le groupe a décidé de placer l'action de son court-métrage pendant le confinement.
Le groupe a décidé de placer l'action de son court-métrage pendant le confinement. © France 3 Paris Ile-de-France
"Je suis tombé sur une super équipe, confirme avec le sourire Achraf Ajraoui. Ils sont motivés. Tu sens qu’ils sont passionnés, qu’ils ont le goût, l’envie et c’est très plaisant". L’histoire de Zein et ses amis (promis, on évitera tout spoil) : trois camarades racontent leurs difficultés à vivre le confinement. Pour l’un, il s’agit de l’absence de Ligue des champions, pour un autre, la fermeture des salles de sport. Quant au dernier, la souffrance de devoir supporter quelqu’un d’autre à la maison toute la journée.
durée de la vidéo: 01 min 37
Aubervilliers : des jeunes réalisent leurs courts-métrages avec ©France 3 Paris Ile-de-France
Pour savoir si ces jeunes d’Aubervilliers ont gagné le concours, il faudra attendre le 13 novembre prochain.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture jeunesse société