JO de Paris 2024. Le Village des médias, d’un espace dédié pendant les Jeux à un quartier à part entière en 2025

De juillet à septembre à Dugny, le Village des Médias accueillera la presse durant les JO et les Paralympiques. Ensuite, il deviendra un quartier de cette commune de Seine-Saint-Denis.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Lundi 25 mars, le Village des Médias des JO sera inauguré à Dugny en Seine-Saint-Denis. Pendant la période olympique, des milliers de journalistes ainsi que les équipes techniques des diffuseurs pourront y travailler et y loger. 

Durant les JO, le Village des Médias s’étendra sur 25 hectares à l’extérieur et 80 000 m2 à l’intérieur. Au total, 1.300 personnes seront accueillies en son au sein, selon Paris 2024. Parmi elles figureront des journalistes accrédités ainsi que les équipes techniques des diffuseurs. Au total 26 000 membres des médias sont accrédités pour l'évènement planétaire. Les professionnels présents dans le Village se trouveront à quelques mètres du IBC, centre de diffusion international de ces JO. Ils pourront relier le Village des Médias et celui des athlètes en transports en commun. Il y aura 8 kilomètres entre les deux.

Même distance entre ce quartier et plusieurs sites olympiques comme le Stade de France ou le Centre Aquatique à Saint-Denis. Comme pour le Village Olympique, les journalistes et équipes techniques auront accès à de nombreux services de restauration ainsi que de blanchisserie ou encore une salle de sport. Ils pourront travailler depuis leurs appartements tous équipés de coins bureaux.

Un quartier à part entière après les Jeux

À l’issue des JO, ce Village deviendra un quartier de la ville de Dugny. 1500 logements y seront construits dont 900 seront livrés d’ici fin mars. Il s'agit de logements sociaux, de résidences séniors et étudiantes ou encore d'appartements de location. Ces logements ont été construits sur le parc où se tenait historiquement la Fête de L'Humanité. Le quartier sera relié au parc Georges Valbon et au nouveau parc sportif et scolaire du Bourget. L'ensemble de ce quartier devrait sortir de terre d'ici 2025 selon la municipalité.

L’idée, en faire une cité-jardin constituée d’immeubles résidentiels et d’espaces verts. Près du parc Georges-Valbon, près de 10 000 arbres seront plantés selon la Societé de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO) Ce nouvel espace de vie sera composé de deux écoles, une primaire et une maternelle. On y trouvera également un gymnase et 1000 m2 de commerces et de bureaux pour les entreprises.

Dans cette commune populaire aux 77% de logements sociaux, plus fort taux de France, le nouveau quartier est supposé favoriser la mixité sociale, avec un tiers des logements réservés à l'accession à la propriété. "Des amis qui ont grandi comme moi à Dugny n'ont pas pu devenir propriétaires ou locataires car le logement social ne correspondait pas à leurs critères de revenus et a été obligé de quitter Dugny alors qu'ils auraient préféré rester à côté de leur famille sur la ville", témoigne le maire DVD de Dugny Quentin Gesell auprès de l’AFP.

Sur un coût total de 60 millions d'euros, la municipalité n'en a déboursé que trois, se réjouit l'édile : "cela laisse un héritage sur le territoire pour répondre à des enjeux de crise du logement en Île-de-France et de mobilité résidentielle, et finance grâce aux JO des équipements qui n'auraient pas pu voir le jour."

Un projet contesté

Ce projet ne fait pas l’unanimité parmi les habitants de la commune de Seine-Saint-Denis. "Il y aurait pu avoir des équipements provisoires installés ils ont décidé de faire de la spéculation immobilière", regrette auprès de l'AFP Jean-Marie Baty, président du MNLE 93, mouvement écologiste local qui a lutté en justice contre le projet.

Les travaux avaient d’ailleurs été suspendus en 2021 après une décision de la cour administrative de Paris. Le coût total du projet est de 60 millions d'euros dont trois millions déboursés par la mairie.