La Courneuve: Les évacués du bidonville campent dans la rue

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bintou Sidibe .

 4 jours après leur expulsion, 17 familles roms se retrouvent sans toit. 

Ils n'auront passé que 3 nuits à l'hôtel et les revoilà dans la rue. 17 familles de Rom, qui vivaient dans le camp le Samaritain ont décidé de camper devant la mairie de la Courneuve.



Ils réclament un lieu où dormir. Ni la mairie ni la préfecture ne leur a proposé de solution de relogement. 



" J'ai un contrat en cdi. Je paie mes impôts. et d'un coup, je me retrouve dans la rue avec des enfants qui doivent commencer la rentrée. Je ne sais pas si c'est juste", confie un ex habitant du camp. 



Ce matin, quelques habitants et fidèles de la paroisse Saint Lucien, de retour de vacances, sont sous le choc.



Sur les ruines du plus vieux bidonville de France, ils ont organisé une messe oecuménique en soutien aux familles évacuées.





Le défenseur des droits déplore l'absence de solutions pérennes.



Dans un communiqué, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, constate que "le diagnostic social (...) a été tardivement et partiellement mis en oeuvre", se dit "surpris par le caractère improvisé des conditions dans lesquelles l'évacuation semble s'être déroulée".



Il "déplore qu'aucune solution pérenne d'hébergement et de prise en charge sanitaire et sociale n'ait été proposée aux familles". 



Le Défenseur des droits "constate que certains enfants, relogés trop loin ou de façon non durable, ne pourront pas faire leur rentrée à l'école mardi prochain. 



Au titre de sa mission de défense des droits de l'enfant, en particulier de l'obligation de scolariser, il appelle avec la plus grande fermeté, les pouvoirs publics à s'assurer, dans les meilleurs délais, que l'ensemble des enfants pourront poursuivre leur scolarité".







Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité