• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Pétition à Montreuil pour un enfant de 4 ans : info et intox

La pétition a recueilli près de 30.000 signatures. / © France 3 Paris IDF
La pétition a recueilli près de 30.000 signatures. / © France 3 Paris IDF

Une pétition en ligne a recueilli près de 30.000 signatures. Son objet ? Que justice soit rendue à "l'enfant de 4 ans, violé à Montreuil". L'affaire agite la ville depuis le mois de juin : entre accusations sur Facebook, manifestations, et procédure judiciaire. 

Par France 3 Paris IDF

Près de 30.000 signatures recueillies à ce jour pour que la justice soit rendue à "l'enfant de 4 ans, violé à Montreuil". La pétition en ligne sur la plateforme Change.org est l'un des épisodes d'une affaire trouble, qui agite la commune de Seine-Saint-Denis depuis le mois de juin.

Adressée au procureur de la République, la pétition entend "alerter la presse et l'opinion publique afin d'éviter que l'affaire ne soit enterrée".

Lutter contre "toute forme de domination"

Tout commence par une plainte contre X déposée le 22 juin par la famille d'un enfant de 4 ans. Ce dernier, de retour de l'école, aurait présenté des marques faisant penser à une agression sexuelle.

Sur Facebook, la mère de l'enfant témoigne. Dans une vidéo vue des centaines de milliers de fois, on la voit faire son récit des faits, la façon dont elle s'est rendue compte des blessures annales de son fils. Elle précise enfin espérer que "l'on trouve le coupable". Après enquête de la brigade des mineurs, aucun suspect n'a cependant été mis en cause, rapporte L'Express. Selon une source de l'hebdomadaire, proche de l'enquête, ces blessures résulteraient de jeux "très bizarres" entre enfants.

Démonstration de force

La vidéo de la mère a été postée sur la page d'"Unité dignité courage", une association panafricaine, qui entend combattre "toute forme de domination". A l'origine d'une manifestation lundi devant la mairie de Montreuil, l'association veut organiser une nouvelle démonstration de force vendredi.

Joint par téléphone, le porte-parole de l'association Mwazulu Diyabanza explique sa démarche par la crainte de voir l'affaire "étouffée". Selon lui, "la responsabilité morale et politique du maire est engagée. Il doit présenter ses excuses à la famille et à la population".

Dans un communiqué, la mairie de Montreuil rétorque que l'affaire a bien été classée sans suite par le parquet. "Les faits reprochés ne sont pas avérés", écrit ainsi la mairie, qui "met en garde les parents, légitimement inquiets, contre les rumeurs que certaines personnes font circuler". De son côté, la FCPE locale exprime son soutien "envers toutes les familles de la maternelle, ainsi qu’aux équipes de l’école et du centre de loisirs".

Sur le même sujet

Le festival d'Auvers-sur-Oise dans les crèches et les entreprises

Les + Lus