Cet article date de plus de 3 ans

A la Rose des Vents, le commissariat d'Aulnay-sous-Bois ne rouvrira plus

C'était en projet depuis déja longtemps, mais l"affaire Théo" et ses conséquences ont précipité les choses. Le poste de police du Galion, dernier vestige d'une époque de police de proximité, vandalisé une dernière fois juste après cette récente affaire, ne sera pas rouvert.
© Geoffroy Van Der Hasselt/AFP Photos
Le poste de police des 3000, en plein coeur de la cité du même nom (elle a été rebaptisée récemment la Rose des vents dans le cadre d'une réhabilitation), a toujours connu des difficultés, bien sûr.

Le dernier très gros épisode remonte à novembre 2005, lorsque la Seine-Saint-Denis, puis de nombreuses autres cités sur le territoire français s'étaient embrasées, après la mort de Zyad et Bouna à Clichy-sous Bois.  Le commissariat d'Aulnay-sous-Bois avait alors été incendié. Longtemps fermé après l'incendie, il avait rouvert en 2007, plutôt discrètement, sans le moindre signe ostentatatoire. Au point que les autorités avaient alors préféré faire disparaître le panneau "police" de sa façade ! Et le lieu avait été "claquemuré", équipé d'un rideau de fer, un peu "bunkérisé". Cet ancien symbole de la police de proximité, longtemps bien implanté dans le quotidien de la cité, était, depuis, fermé la nuit.

Alors, à Aulnay-sous-Bois et dans les communes alentour, on entendait souvent la rumeur d'une fermeture du poste de police. Mais après "l'affaire Théo" début février, le poste a immédiatemement été fermé. C'est de cet endroit que dépendaient les policiers impliqués dans cette affaire.

Pour autant, la police remplira toujours sa mission à Aulnay comme ailleurs. Les différentes unités de police qui y étaient affectées, gardiens de la paix et fonctionnaires de la brigade spécialisée de terrain (BST), seront rattachés à Sevran, ville voisine dotée d'un commissariat tout neuf. Il viendront de Sevran jusqu'à Aulnay-sous-Bois.
durée de la vidéo: 01 min 33
le commissariat d'Aulnay ferme définitivement ©France 3 Paris

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité