Seine-Saint-Denis : fermeture d'une école "clandestine" à Bobigny

Quelques jours après le discours d'Emmanuel Macron contre les séparatismes, une école "clandestine" a été fermée ce jeudi à Bobigny en Seine-Saint-Denis dans le cadre de la lutte contre l'islam radical. Une vingtaine d'enfants en âge d'être scolarisés étaient présents ce matin.
“Chaque mois, des préfets ferment des écoles, souvent administrées par des extrémistes religieux”, a déclaré Emmanuel Macron dans son discours contre les séparatismes le 2 octobre dernier
“Chaque mois, des préfets ferment des écoles, souvent administrées par des extrémistes religieux”, a déclaré Emmanuel Macron dans son discours contre les séparatismes le 2 octobre dernier © FREDERICK FLORIN / AFP
La préfecture de Seine-Saint-Denis a annoncé avoir fermé une école située dans des locaux hébergeant l'association "Apprendre et Comprendre" à Bobigny. Une vingtaine d’enfants, en âge d'être scolarisés en primaire, se trouvaient sur les lieux ce matin. Cette école peut accueillir près de 80 élèves. "Certains, très jeunes étaient voilés" a affirmé une source policière à l'AFP.

Contactée, la nouvelle municipalité de Bobigny a affirmé ne connaître ni l’école ni l’association qui se situent près du pont de Bondy, un quartier à "l’urbanisme diffus". "L’association n’a jamais fait de demandes ni de locaux ni de subventions" a t-elle indiqué. La fermeture a été décidée dans le cadre d’une visite départementale de sécurité a précisé la mairie. "Les conditions sanitaires déplorables et les problèmes de sécurité incendie mettaient la vie des enfants en danger. Les locaux étaient également dépourvus de cour de récréation," a poursuivi la source policière".

Des parents des enfants de cette école clandestine seraient connus pour être en lien avec l'islam radical."Certains enfants et encadrants étaient issus de l'école d'Aulnay sous-Bois, fermée en janvier. L'enseignement se faisait hors de toute autorisation et sans aucun respect des procédures sanitaires", explique cette même source.

Selon la préfecture de Seine-Saint-Denis, une quinzaine d'établissements dont des écoles clandestines, des lieux de culte, des salles de sport ou encore des restaurants, a été fermée en Seine-Saint-Denis depuis 2018. 

Cette nouvelle fermeture intervient quelques jours après le discours d'Emmanuel Macron dans le cadre du futur projet de loi contre les séparatismes.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société religion police sécurité