• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Stéphane Gatignon, maire démissionnaire de Sevran, est l'invité de Dimanche en politique

© Miguel Medina/AFP Photos
© Miguel Medina/AFP Photos

Stéphane Gatignon vient de jeter l’éponge. Le maire de Sevran a annoncé sa démission. Nouveau coup de gueule de cet infatigable militant de la cause des banlieues, plutôt coutumier du fait. Il est l'invité de Dimanche en politique, dimanche 21 avril, à 11h30

Par Christian Meyze

Stéphane Gatignon est coutumier du principe du "quitte ou double".

En 2012, il avait fait une grève de la faim sur le trottoir de l'Assemblée Nationale pour obtenir plus de fonds pour sa ville et pour les banlieues. Ce défenseur de la légalisation du cannabis avait également réclamé, l’année précédente, l’envoi de l’armée dans sa ville pour mettre fin au trafic de drogue. Il avait obtenu, en retour, des CRS sur place pendant une année.


"Plus de jus" dit-il

Cette fois ci, en démissionnant, Stéphane Gatignon attire l’attention sur « l’insuffisance des politiques publiques en banlieue » et pointe du doigt le ras le bol de ces maires qui se sentent bien souvent seuls face aux problèmes. Lui n’a «plus de jus » pour exercer son mandat. Il dit STOP au moment où Jean Louis Borloo dévoile son plan pour les banlieues.

"Il y a de plus en plus une vision de la banlieue qui est lointaine de la part des gouvernants", a-déploré le maire de Sevran, fustigeant le "mépris" de l'Etat. Dans les quartiers, "on est à 30-35 % de gens qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté", "pourtant les gens se battent, ça bosse, c'est la démerde, mais ça peut pas continuer comme ça. Il faut avancer". "Ce qui se passe en banlieue, ce monde parallèle, il arrange beaucoup de gens, a-t-il ajouté, "ça ne peut pas durer".


#NoussommestousGatignon

Mardi soir, le hastag #noussommestousGatignon, était apparu sur les réseaux sociaux, tweeté par Philippe Rio, maire PCF de Grigny (Essonne) et Catherine Arenou, maire LR de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines). "Nous, maires de banlieue, connaissons la violence, la misère et la relégation. Nous savons lutter contre. Cependant, nous ne tolérons pas le mépris du Gouvernement #noussommestousGatignon", a écrit Mme Arenou.

Dimanche en politique, c'est dimanche, à 11 heures 30

Sur le même sujet

Le festival d'Auvers-sur-Oise dans les crèches et les entreprises

Les + Lus