Pour ses 70 ans, Emmaüs s'expose place du Palais Royal à Paris. 

Nicolas est salarié en insertion depuis un an au Label emmaüs, le site d'e commerce solidaire d'Emmaüs / © Nicolas Henry
Nicolas est salarié en insertion depuis un an au Label emmaüs, le site d'e commerce solidaire d'Emmaüs / © Nicolas Henry

Pour célébrer ses 70 ans, le mouvement Emmaüs a confié au photographe et artiste Nicolas Henry la réalisation d'une exposition photo : une centaine de portraits des compagnons exposée du 5 au 27 octobre. Plus que de simples clichés ce sont des parcours de vie que nous fait découvrir le plasticien.

Par Emmanuelle Hunzinger

"Emmaüs, c’est une espèce de laboratoire ; une fabrique de carburant social à base de récupération d’hommes broyés. Hommes que la vie avait frappés, qui individuellement et isolés n’étaient plus qu’une poussière d’homme. Seuls, c’était le désespoir. Rassemblés, réunis, remis debout, ils deviennent alors une force explosive."

Voici comme l'abbé Pierre présentait le mouvement Emmaüs.  C'est cela qu'a souhaité montrer le photographe Nicolas Henry à travers une centaine de portraits des personnes acceuillies dans les communautés Emmaüs. Il raconte leurs parcours et pose un regard poétique sur leurs trajectoires.

Cette exposition a nécessité quatre mois de travail

Le photographe a rencontré les compagnons dans différentes communautés puis les a invités à venir à Pantin, en Seine-Saint-Denis, dans son atelier pour les prises de vues. Chaque homme ou femme photographié a été placé au centre d'un décor personnalisé, entourés d'objets ou de tissus de récupération qui raconte leur histoire.

 
Marvin a vécu chez Emmaüs Solidarité à Paris. / © Nicolas Henry
Marvin a vécu chez Emmaüs Solidarité à Paris. / © Nicolas Henry
Katia est maintenant salarié au CHU de Reims. Elle a été salariée en insertion cher Fripe à Emmaüs Reims. / © Nicolas Henry
Katia est maintenant salarié au CHU de Reims. Elle a été salariée en insertion cher Fripe à Emmaüs Reims. / © Nicolas Henry

Les photos seront exposées place du Palais Royal à Paris du 5 au 27 octobre. L'exposition est gratuite.

Le mouvement Emmaüs en quelques dates

Le mouvement est né à la fin des années 40 sur fond de crise du logement. Tout commence à Neuilly-Plaisance en 1949 où l’abbé Pierre, alors député de Meurthe-et-Moselle, restaure une maison en ruine pour en faire une auberge de jeunesse. À l’automne de la même année, il rencontre Georges Legay, un ex-bagnard et l’invite à se joindre à lui dans un projet de restauration afin d'aider les plus démunis. Cela deviendra la première communauté Emmaüs.
Au début des années 50, une grave crise du logement frappe la France. Il manque 1 200 000 logements. Les premiers compagnons participent à la construction d’habitations d’urgence pour accueillir les sans-logis. En février 1954, la découverte du corps d’une femme de 66 ans en plein Paris pousse l’abbé Pierre à réagir. Il lance alors un appel à la solidarité sur Radio Luxembourg. 
En 1969, les communautés du monde entier se réunissent et définissent les principes fondamentaux de leur action. Le principe de laïcité est réaffirmé ainsi que l'indépendance politique. Emmaüs international est créé. Ensuite le mouvement se fédérera et développera 3 axes : l'accueil en communautés, l'action sociale et le logement, l'économie solidaire et la réinsertion.
En 1988 l’abbé Pierre crée une fondation pour le logement des personnes défavorisées. Il participe au développement des logements sociaux et défend le droit au logement pour tous.
Depuis 1995, la Fondation abbé Pierre publie chaque année un rapport sur le mal-logement.
Aujourd'hui, le Mouvement Emmaüs,
c'est 288 groupes en France, 119 communautés, 58 SOS Famille Emmaüs, 17 structures d’action sociale et de logement et une structure immobilière nationale, 42 comités d’amis, 49 structures d’insertion et un site de vente en ligne.

Sur le même sujet

Procès 23 octobre

Les + Lus