Sidaction 2016 : les jeunes face à la maladie, une affaire de malentendus

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Paris IDF

Le chiffre est inquiétant. 22 % des jeunes pensent qu'il existe un traitement pour guérir du Sida. C'est ce que montre un sondage Ifop réalisé pour le Sidaction. Pourtant, la maladie progresse de nouveau en France, notamment chez les 15/24 ans. Nombreux sont ceux qui échappent au dépistage.

Depuis l’arrivée des multithérapies antirétrovirales en 1996, l’espérance de vie des patients s’est nettement améliorée. Aujourd’hui, 26 molécules, plusieurs pouvant être associées en un seul comprimé, permettent aux hommes, aux femmes et aux enfants, qui y ont accès, de lutter contre le virus. Seulement, l'epidemie continue et le combat ne doit pas cesser, d'autant que le manque d'information des plus jeunes inquiète.



20 ans de combat

Durant 20 ans, l'association Sidaction a contribué aux progrès réalisés dans la recherche de traitements et la prévention. Mais aujourd’hui, les défis de la guérison et du vaccin préventif sont toujours là. C’est pourquoi l'association renouvelle chaque année son appel d’offres ouvert à tous les domaines de la recherche. En 2014, le Sidaction avait alloué 2,6 millions d’euros à des projets de recherche.



LIRE aussi : Sidaction 2016 : quatre courts-métrages coups de coeur pour parler du Sida



Depuis le début de l’épidémie, les progrès scientifiques réalisés ont été majeurs. Les trente dernières années ont vu les chercheurs unir leurs forces à celles des associations et du politique pour mettre au point un arsenal thérapeutique contre le VIH.



VOIR le reportage

Le chiffre est inquiétant. 22 % des jeunes pensent qu'il existe un traitement pour guérir du Sida. C'est ce que montre un sondage IFOP réalisé pour le Sidaction. Pourtant, la maladie progresse de nouveau en France, notamment chez les 15/24 ans. Nombreux sont ceux qui échappent au dépistage.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité