La SNCF, première en France à tester la méthode de persuasion douce dite du "nudge"

C'est une théorie venue du monde de la recherche en économie : la théorie du "nudge" ( en français, ça donne à peu près "coup de pouce"), invite à amener les individus à prendre la bonne décison sans utiliser la loi ou la contrainte. Aujourd'hui c'est la SNCF qui teste la méthode

© PQR/LAlsace/MaxPP
La théorie du "Nudge", une expression inspirée de l'anglais, comme souvent impossible à traduire mot à mot. Disons plutôt que l'image est un peu celle du "coup de pouce". Un "coup de pouce" destinée à inciter, à orienter ... à aider l'individu à prendre la bonne décision sans l'y obliger, sans qu'il s'y sente contraint, presque sans qu'il ait le sentiment qu'on l'y a invité.


Mais si, vous connaissez ...


D'ailleurs, au delà du mot ou de l'expression, nous connaissons déja la méthode ou du moins des exemples de sa mise en oeuvre. Le plus évident, sans doute, pour chacun d'entre nous, c'est ce que les pouvoirs publics ont baptisé le "radar pédagogique" sur nos routes. Cette fois, vous voyez de quoi nous parlons : ce détecteur de vitesse, sur le bord de la route, couplé non pas à un flash verbalisateur pour une fois, mais à un panneau où s'allume la vitesse à laquelle nous roulons et parfois même la mention du nombre de points qui seraient perdus sur le permis de conduire si justement nous étions verbalisés.

La théorie du "nudge", c'est donc celà : trouver le moyen d'inciter, sans le montrer vraiment. Ce sont deux professeurs d'université américains qui ont formalisé, en 2008 dans un livre, la théorie, issue de ce que l'on nomme "l'économie comportementale" ou "économie du comportement".


Un outil de plus en plus utilisé


Depuis, de nombreux secteurs s'en emparent. De grandes institutions qui ont à mettre en oeuvre des politiques publiques, partout dans le monde. Comme la sécurité routière justement avec ces radars pédagogiques, mais aussi des aéroports, musées et autres lieux publics qui ont pris l'habitude de faire dessiner une mouche sur l'émail du fond des urinoirs pour inciter les utilisateurs à "bien viser" ou à faire couler l'eau de la chasse,et à réduire ainsi les frais de nettoyage.

Mais la méthode a également séduit les politiques, comme Barack Obama ou David Cameron, qui chacun de son côté, ont mis sur pied leur petite cellule "nudge" pour faire avancer la lutte contre l'obésité ou faire progresser les pratiques de recyclage.


C'est au tour de la SNCF


Enfin, il y a les entreprises, déja nombreuses à utiliser la méthode pour diverses intentions qui peuvent être internes comme la santé au travail ou externes car la technique est bien connu par les professionnels du marketing.

Cette fois donc, c'est chez nous, puisque la SNCF a lancé des expériences pour réduire les incivilités.
Anaïs Furtade et Antoine Marguet nous racontent
durée de la vidéo: 01 min 47
La SNCF, première en France à tester la méthode du “nudge” ©France 3 Paris

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports société consommation