Top 14 : la déroute du Stade Français face à Toulouse

© PASCAL PAVANI / AFP
© PASCAL PAVANI / AFP

Toulouse a poursuivi son opération reconstruction avec panache en s'imposant (53-17) face à un Stade Français en état d'urgence, samedi en ouverture de la 4e journée de Top 14.

Par AFP

Si ce choc n'a depuis longtemps plus la saveur des "Classico" des années 1990-2000, il a été animé de bout en bout par les Toulousains et leur jeune garde emmenée par Antoine Dupont et Thomas Ramos, qui ont passé sept essais aux Parisiens.

Avec cette victoire bonifiée, les hommes d'Ugo Mola, tout près de l'exploit à Toulon dimanche dernier (16-20), confirment leurs bons débuts (2 victoires à domicile, un nul et une défaite bonifiée à l'extérieur) après une dernière saison à oublier et grimpent provisoirement à la deuxième place (12 points) du Top 14 derrière Montpellier.

Troisième défaite 

Handicapé par l'absence de trois de ses cadres (Parisse, Danty et Camara), le Stade Français (4 points) s'est lui encore enfoncé après cette troisième défaite en quatre matchs et devrait achever la journée en position de relégable, si Clermont gagne face à Brive, avant de recevoir Toulon dimanche prochain.

A Ernest-Wallon, les Parisiens, qui menaient 6-3 au bout de douze minutes après deux pénalités de Jules Plisson, ont été rapidement assommés par trois essais toulousains en à peine un quart d'heure. Dupont a d'abord offert à Cheslin Kolbe (14e) le premier d'une passe sur un pied après avoir résisté à trois défenseurs parisiens avant que Thomas Ramos ne prenne de vitesse toute la défense parisienne (24e) et que Jarrod Poï ne passe la ligne
en force (28e).

Après deux essais refusés à Julien Arias, les Parisiens ont fini par en inscrire un par l'ancien international à 7 Terry Bouhraoua (54e) qui privait temporairement les Toulousains du bonus pour sa première apparition de la saison. Mais le trou d'air toulousain s'achevait grâce à Dupont (62e) qui partait seul derrière une mêlée à 5 mètres pour inscrire son deuxième essai en deux matchs sous ses nouvelles couleurs et ouvrait la voie à un final en apothéose de ses coéquipiers, Gaël Fickou (70e), Ramos (75e) puis Maxime Médard (78e) ajoutant trois autres essais.

Sur le même sujet

Un rassemblement de soutien pour Mathieu Hillaire

Les + Lus